Les chiffres de la sécurité seront publiés chaque mois à partir d'octobre, annoncent Gérald Darmanin et Marlène Schiappa

Les ministres ont promis de publier plusieurs résultats chaque mois, notamment ceux concernant la "lutte contre les stupéfiants", "les chiffres des violences conjugales, intrafamiliales et sexuelles" ou encore "le nombre de dérives sectaires signalées". 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin et la ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa, le 7 juillet 2020 à Paris.  (THOMAS SAMSON / AFP)

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, et la ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa, ont assuré, dimanche 6 septembre dans Le Parisien, qu'ils communiqueraient chaque mois un bilan de l'activité des forces de l'ordre, alors que le thème de l'insécurité a récemment ressurgi au premier plan.

Nous avons pris la décision de faire conjointement avec Marlène Schiappa un point-presse mensuel sur tous les sujets (...) pour communiquer l'ensemble des résultats de nos services. Il se tiendra à Beauvau, à partir d'octobre.

Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur

dans un entretien au "Parisien"

Les ministres ont promis d'évoquer les résultats en matière de "lutte contre les stupéfiants, les chiffres des violences conjugales, intrafamiliales et sexuelles, les heures de patrouilles pédestres sur la voie publique des gendarmes et des policiers, celles dans les transports publics également, le nombre de dérives sectaires signalées, et aussi le thème de l'immigration et de l'asile".

La droite et plusieurs membres du gouvernement se sont récemment emparés du sujet de la sécurité, après une série d'agressions violentes cet été. Une polémique a notamment opposé le ministre de l'Intérieur et le garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti, sur l'emploi du mot "ensauvagement" pour qualifier l'évolution de la violence et de la délinquance en France. "Je continue à penser qu'il y a des actes de sauvagerie, et un ensauvagement d'une partie de la société", a réitéré Gérald Darmanin dimanche dans Le Parisien.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.