REPLAY. Coronavirus, taxe d'habitation, affaire Darmanin... retrouvez l'intégralité de l'interview de Jean Castex sur France 2

Le nouveau chef du gouvernement était l'invité de Laurent Delahousse jeudi soir. 

Ce qu'il faut savoir

La suppression de la taxe d'habitation va se poursuivre au rythme initialement prévu, a annoncé le Premier ministre, Jean Castex, sur le plateau du "20 Heures" de France 2, vendredi 17 juillet, indiquant toutefois que l'exécutif s'adaptera "en fonction de l'évolution de la conjoncture". Lors de son entretien télévisé du 14 juillet, Emmanuel Macron avait évoqué la possibilité de "décaler un peu, pour les plus fortunés d'entre nous", soit 20% des ménages les plus riches, la suppression de cette taxe prévue d'ici à 2023 pour l'intégralité des ménages. 

Sur le coronavirus, la situation n'est "pas grave" en France mais appelle à "la vigilance". Interrogé sur un éventuel reconfinement en France, à l'instar de celui qui semble imminent à Barcelone, le Premier ministre a fait valoir que "les chiffres à Barcelone sont beaucoup plus dégradés que ce que nous observons" en France, même s'il y a "eu incontestablement un relâchement""Il faut être vigilant. (Nous ne sommes pas) dans une situation grave, mais c'est une situation qui appelle plus de vigilance", a déclaré le chef du gouvernement. Sur le non respect du port du masque, obligatoire dans les lieux publics clos à partir de lundi, Jean Castex a évoqué des "sanctions" sans préciser lesquelles.

Sur les retraites, une "évolution de la métode". Le Premier ministre a donné des gages vendredi aux partenaires sociaux en acceptant de "détendre le calendrier" sur les réformes des retraites et de l'assurance-chômage. "Le contexte par rapport à janvier est bouleversé. Il est indispensable que nous recherchions un maximum de cohésion sociale pour traiter les problèmes", a-t-il expliqué sur France 2. "J'ai proposé aux partenaires sociaux une évolution de la méthode. Je leur ai dit : 'Adaptons notre calendrier car nous changeons nos priorités'", a-t-il ajouté.

 Une accélération du rythme de création de postes dans la justice. Interrogé sur la "restauration de l'autorité de l'Etat", qu'il a plusieurs fois évoquée depuis son arrivée à la tête du gouvernement, Jean Castex a répondu : "Les forces de sécurité font leur travail. En revanche, là où ça ne suit pas, c'est au niveau de la réponse pénale, car l'Etat a délaissé l'autorité judiciaire. Dans le budget 2021, nous allons accroître le rythme de création de postes dans la justice."

"Faites confiance à la justice" dans l'affaire Darmanin. Interrogé sur la controverse autour de la nomination de Gérald Darmanin comme ministre de l'Intérieur, Jean Castex rappelle que "le principe de la présomption d'innocence s'applique à tous les citoyens". "Je respecte toutes les opinions, je comprends tous les émois. C'est un sujet qui me touche beaucoup. (...) Faites confiance à la justice dans cette affaire comme dans les autres."

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CASTEX

22h17 : Vous l'avez peut-être entendu en direct tout à l'heure sur France 2 : le Premier ministre Jean Castex a indiqué que la suppression de la taxe d'habitation allait se poursuivre d'ici à 2023, tel qu'initialement prévu. Le 14 juillet, Emmanuel Macron avait évoqué la possibilité de "décaler un peu, pour les plus fortunés d'entre nous", soit 20% des ménages les plus riches, la suppression de cette taxe.

21h32 : Sur le plateau de France 2, Jean Castex a explicité l'obligation du port du masque dans les lieux clos, qui entrera en vigueur lundi. "On savait que, compte tenu du caractère imprévisible de ce virus, après la phase de confinement, le déconfinement serait marqué par une certaine reprise de la circulation du virus", a-t-il souligné.



21h07 : Invité du 20 Heures, Jean Castex a de nouveau employé le terme "séparatisme", comme il l'avait déjà fait lors de sa déclaration de politique générale. Mais pourquoi le Premier ministre, comme Emmanuel Macron, parle-t-il de "séparatisme" plutôt que de "communautarisme" ? Nous nous penchons dans cet article sur ce changement sémantique et sa signification.

20h40 : Interrogé sur la nomination de Gérald Darmanin comme ministre de l'Intérieur, Jean Castex rappelle que "le principe de la présomption d'innocence s'applique à tous les citoyens". "Je respecte toutes les opinions, je comprends tous les émois. C'est un sujet qui me touche beaucoup. (...) Faites confiance à la justice dans cette affaire comme dans les autres."

20h40 : "Les forces de sécurité font leur travail. En revanche, là où ça ne suit pas, c'est au niveau de la réponse pénale, car l'Etat a délaissé l'autorité judiciaire. Dans le budget 2021, nous allons accroître le rythme de création de postes dans la justice."

20h40 : Lors de son interview du 14-Juillet, Emmanuel Macron avait laissé entendre que la dernière étape de la suppression de la taxe d'habitation (prévue en 2023 pour les 20% de ménages les plus aisés) pourrait être reportée. Jean Castex a écarté cette hypothèse ce soir sur France 2. "Nous ne pensons pas que le recours à l'arme fiscale soit un bon outil pour gérer la crise", a-t-il expliqué.

20h30 : La suppression de la taxe d'habitation va se poursuivre sur le rythme initialement prévu, annonce Jean Castex.

20h25 : "Il y a quand même un tournant : l'Europe, grâce au couple franco-allemand, va prendre en charge les aspects budgétaires"

Malgré les négociations difficiles entre les Vingt-Sept à Bruxelles, Jean Castex se veut confiant.

20h23 : "J'ai proposé aux partenaires sociaux une évolution de la méthode. Je leur ai dit : 'Adaptons notre calendrier car nous changeons nos priorités'."

20h20 : "Le contexte par rapport à janvier est bouleversé. Il est indispensable que nous recherchions un maximum de cohésion sociale pour traiter les problèmes."

Jean Castex explique pourquoi le gouvernement a choisi de reporter les négociations sur les retraites après la fin de l'année.

20h21 : "Le nombre de tests progresse, et c'est très bien. Mais ce qui est très important, c'est que le [nombre de] résultats positifs [est] faible."

Jean Castex affirme que la situation en France est bien moins inquiétante qu'à Barcelone, où les habitants ont été invités à "rester chez eux".

20h13 : "Nous devons être prêts à toute opportunité."

Jean Castex estime que des reconfinements localisés sont envisageables en cas de reprise de l'épidémie.

20h10 : "On n'est pas dans une situation grave, mais dans une situation où il faut être vigilant. Je la suis au jour le jour."

20h12 : "Il y a eu incontestablement un relâchement, avec les beaux jours. (...) Il faut généraliser le port du masque dans tous les lieux clos : commerces, marchés couverts, lieux professionnels."

20h14 : "La France s'est engagée dans uns stratégie de déconfinement par étapes. C'était une stratégie sage d'y aller progressivement tout en disant que le virus circule toujours."

19h58 : Dans quelques instants, le Premier ministre sera l'invité exceptionnel du journal de France 2. Jean Castex répondra notamment à des questions que vous nous avez posées par le biais de notre opération