Interdiction du burkini : la polémique

La polémique autour de l'interdiction du burkini resurgit après la rixe ayant eu lieu à Sisco, en Corse. Le maire du village a décidé d'interdire la tenue par un arrêté municipal et ce n'est pas le premier.

France 2
Voici un burkini, le vêtement qui fait polémique. Un maillot de bain qui couvre l'intégralité du corps, des pieds, des mains et du visage. Il n'est donc pas concerné par la loi qui interdit le voile intégral dans les espaces publics. Et pourtant, le maire de Cannes (Alpes-Maritimes) a décidé de l'interdire sur les plages de sa ville. Pour lui, il est au contraire à la laïcité et "symbole de l'extrémisme islamiste", dit-il. Depuis fin juillet, sept personnes ont fait l'objet d'une contravention, selon le maire de la ville.

"Du sang-froid"

Le maire de Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes) a lui aussi interdit l'usage du burkini. Jusqu'alors très discret sur la question, l'exécutif s'est exprimé ce matin, lundi 15 août, par la voix de la ministre des Droits des femmes. "Le burkini a un sens. Ce sens, c'est de cacher le corps des femmes [...]. Après, pour combattre cet archaïsme, il faut des personnalités politiques de sang-froid", indique Laurence Rossignol. Elle cible ainsi plusieurs candidats de droite qui se sont déjà emparés du sujet.   
Le JT
Les autres sujets du JT