Hollande : un discret dîner parisien avec la famille politique

François Hollande devait ce soir rejoindre dans un restaurant à Paris des députés PS sans fronde et sans caméras. Finalement, le dîner se fera à l’Elysée. Le chef de l’Etat poursuit une stratégie de proximité, faite de rendez-vous surprise.

(François Hollande, ici dans la Meuse fin 2011, attendu à un discret dîner de députés PS © MaxPPP)

Une douzaine de députés PS devaient se retrouver mercredi soir dans un restaurant à Paris. Chaque élu, accompagné d’un acteur de son territoire, devant se rendre à une adresse qui n’a pas été dévoilée. Et pour cause, François Hollande devait discrètement rejoindre leur table. A l'instar de ce que le chef de l'Etat a fait samedi dernier dans le Lot. Le sillon de la proximité discrète va se renforcer, mais c'est finalement à l'Elysée que le rendez-vous a été donné.

François Hollande attendu à la table d'une douzaine de députés socialistes : le reportage de Julien Langlet
--'--
--'--

Un plan de table sans frondeurs

Le groupe d’élus ne constitue pas une chapelle, ce ne sont pas non plus des députés rebelles, mais "des élus de bonne volonté " pour reprendre leur définition. Il n’y aura donc pas de frondeurs à ce dîner mais tous les courants sont représentés assure le convive Luc Belot, député d'Angers. Cet élu du Maine-et-Loire, âgé de 38 ans, précise avoir tout simplement  "la volonté de vouloir échanger entre parlementaires de la même génération ".

Un dîner confidentiel

La discrétion absolue du rendez-vous, c’est surtout ce qui importe pour le chef de file des députés socialistes à l’Assemblée nationale, Bruno Leroux. Autrement dit, la soirée sera réussie, s’il n’y a ni micro, ni caméra.

"Dans le Lot, il n’y avait personne entre lui et les Français. Et il y avait un dialogue direct."

Razzi Hammadi député de Seine-Saint-Denis, Sébastien Denaja député de l'Hérault, Olivier Véran député en Isère, Erwan Binet parlementaire venu du Finistère seront notamment présents ce soir. Tous ces députés seront accompagnés d’un acteur de leur territoire. Luc Belot, député du Maine-et-Loire a lui invité un jeune entrepreneur, pour "un contact direct ".

"François Hollande a trouvé que l’initiative des parlementaires avec des représentants extérieurs était une bonne idée. Je crois qu’il avait envie de retrouver ce contact direct, simple. C’est une autre voix qu’il a besoin d’entendre."