Cet article date de plus de huit ans.

Hollande et Sarkozy s'engagent, l'un après l'autre, auprès des Arméniens de France

Ils sont intervenus devant le même public, au même endroit mais sans se croiser. Le candidat socialiste et le président sortant, qui étaient tous les deux favorables à l'adoption d'un texte réprimant la négation du génocide arménien, ont réitéré leur engagement à poursuivre cette démarche malgré l'annulation de cette loi par le Conseil constitutionnel.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

François Hollande a été
le premier à s'exprimer au pied de la statue de  l'ecclésiastique Komitas, arrêté et torturé en
1915 :  "Quelles que soient
les pressions qui s'exercent, je tiendrai bon, votre histoire ne sera jamais
oubliée parce qu'elle ne pourra plus être contestée."

 Nicolas Sarkozy lui a
succédé quelques minutes plus tard :  "En tant que chef de l'Etat, je dois m'incliner devant
la décision du Conseil constitutionnel mais pas devant mes convictions. Donc
j'en fais le serment devant vous (...) un nouveau texte sera présenté dès le
mois de juin"

"Je suis très satisfait que le président de la
République actuel et le futur président participent à cette cérémonie."

Une déclaration en forme de clin d'oeil de Franck
Papazian, coprésident du Conseil consultatif des organisations
arméniennes de
France.  La participation des
deux candidats à cette cérémonie, une première pour Nicolas Sarkozy, une
habitude pour François Hollande, a été saluée par l'ensemble des responsables de la
communauté arménienne.


Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.