Cet article date de plus de six ans.

Hollande : en 2002, entre Chirac et Le Pen, je n’ai "pas hésité une seconde"

François Hollande a critiqué ce jeudi le "ni-ni" de l’UMP dans le Doubs. Lors de sa conférence presse, le président de la République a rappelé que quand une situation similaire s’était présentée, il avait tout de suite adhéré au Front républicain.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (François Hollande a critiqué le "ni-ni" de l'UMP dans le Doubs © Reuters-Philippe Wojazer)

Lui n’avait pas hésité en 2002. Ce jeudi, lors de sa conférence de presse, François Hollande a été interrogé sur la position de l’UMP pour le second tour de la législative partielle de la 4ème circonscription du Doubs. Le duel oppose le FN au PS et l’UMP a choisi d’opter pour le "ni-ni", autrement dit a rejeté l’appel au front républicain. François Hollande a rappelé qu’en 2002, alors qu’il était premier secrétaire du PS, il a vécu une situation similaire.

 

Quand Lionel Jospin est éliminé dès le premier tour de l’élection présidentielle et que le second tour oppose Jacques Chirac à Jean-Marie Le Pen, "ai-je hésité une seule seconde ", a-t-il lancé, "le parti dont j'étais responsable a-t-il tergiversé une seule minute ? " Il concède que la décision n’avait "pas été simple ", mais dans ces moments, "il faut que des paroles soient dites " aux électeurs.

A LIRE AUSSI ►►► RESUME | Hollande annonce la création d’un "contrat civique" et d’une "réserve citoyenne" 

 

"Tous les citoyens sont dans la République et ont bien le droit de voter pour qui leur paraît conforme à leur position ", a poursuivi le chef de l’Etat. "Est-ce à dire que tous les partis sont pleinement dans les valeurs de la République ? Non. Adhèrent aux valeurs de la République ? Non. Du moins à toutes les valeurs ? Sûrement pas. J'entendais une candidate parler de l’'inégalité des races’. Est-ce que ça fait partie des valeurs de la République ? ". François Hollande s’est ici fait l’écho d’informations selon lesquelles la candidate FN dans le Doubs aurait justifié l’inégalité des races. "A partir de là, il y a des choix qui peuvent être faits, qui sont des choix de conviction ", a-t-il dit.

A REVIVRE ►►► La 5e conférence de presse de François Hollande et le debrief de France Info 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.