Histoire : François Hollande réhabilite l'honneur des Tsiganes

Ce samedi 29 octobre, le président de la République a reconnu la part de responsabilité de la France dans le massacre des Tsiganes durant la Seconde Guerre mondiale.

France 3

Jusqu'à ce samedi 29 octobre, seule une simple stèle à Montreuil-Bellay, dans le Maine-et-Loire, rappelait l'existence du plus grand camp d'internement de Tsiganes de France durant la Seconde Guerre mondiale. De novembre 1941 à mars 1946, plus de 2 000 nomades ont été emprisonnés dans des baraquements ou dans des cachots souterrains. Une période de l'histoire passée sous silence jusqu'à l'inauguration, ce samedi 29 octobre au matin, d'un mémorial où sont gravés les noms de toutes les victimes détenues à Montreuil-Bellay.

Une trentaine de camps

Pour la première fois, un président de la République a reconnu la responsabilité de la France. "La République reconnait la souffrance des nomades qui ont été internés et admet que sa responsabilité est grande dans ce drame", a dit le chef de l'État. Durant le régime de Vichy, 6 500 Tsiganes ont été internés dans une trentaine de camps en France.

Le JT
Les autres sujets du JT