Hayange : les comptes de campagne du maire FN rejetés

Fabien Engelmann, le maire FN de Hayange (Moselle), jure cependant "sur son honneur" qu'il n'a ni "fraudé", ni "triché", ni "falsifié".

Fabien Engelmann, le 6 avril 2014 à Hayange (Moselle).
Fabien Engelmann, le 6 avril 2014 à Hayange (Moselle). ( MAXPPP)

Malgré cette décision, il le jure "sur son honneur" : il n'a ni "fraudé", ni "triché", ni "falsifié". Le maire FN de Hayange (Moselle) Fabien Engelmann a confirmé, vendredi 24 octobre, le rejet de ses comptes de campagne par la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP). 

> Pressions, délation... A Hayange, des habitants et élus témoignent des pratiques douteuses du maire FN

Sept mois après son élection, le maire de Hayange, également conseiller politique au dialogue social de Marine Le Pen, voit désormais son sort suspendu au tribunal administratif. S'il confirme le rejet des comptes, il peut, en fonction de la gravité des faits reprochés, prononcer ou non une peine d'inéligibilité et l'élu peut même, dans ce cas, être déclaré démissionnaire d'office.

Les accusations de son ex-première adjointe

D'après Fabien Engelmann, la décision du CNCCFP "n'est pas liée à une malversation", mais à "une avance à titre de caution de 1 575 euros" pour une création graphique et des tracts. Courant septembre, le parquet de Thionville avait déjà ouvert une enquête préliminaire sur ses comptes de campagne, à la suite d'une plainte de son ex-première adjointe, Marie Da Silva, pour abus de confiance, abus de bien social et harcèlement.

L'élue avait affirmé avoir avancé quelque 3 000 euros de frais de campagne, dont 1 575 euros pour des tracts électoraux, et que ces sommes n'auraient été que partiellement remboursées, sans être déclarées dans les comptes officiels du candidat. Son mari de l'ancienne adjointe avait même interpellé le maire devant les caméras de Canal+. Fabien Engelmann a toujours récuser ces accusations et a lui-même porté plainte contre son ancienne colisitière.