Cet article date de plus de treize ans.

Guadeloupe: le Medef doit appliquer sa proposition

Le gouvernement a appelé lundi le Medef-Guadeloupe a appliquer ses propres propositions de "prime de vie chère"
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Patrick Karam, délégué interministériel pour l'égalité des chances d'outre-mer (© AFP/Olivier Laban-Mattei)
Le gouvernement a appelé lundi le Medef-Guadeloupe a appliquer ses propres propositions de "prime de vie chère"Le gouvernement a appelé lundi le Medef-Guadeloupe a appliquer ses propres propositions de "prime de vie chère"

Le Medef de Guadeloupe refuse de souscrire à un accord sur une augmentation de 200 euros des bas salaires conclu par des organisations patronales minoritaires et le collectif LKP.

Le délégué interministériel pour l'égalité des chances des Français d'outre-mer Patrick Karam a appeler ces patrons à respecter leur engagements.

"Cet engagement, qui est de l'intérêt même des entreprises comme des salariés, devrait permettre une sortie de crise honorable", poursuit M. Karam, estimant "urgent de mettre un terme à une situation intenable pour tous les Guadeloupéens".

Le Medef a proposé entre 50 et 90 euros par salarié selon la taille des entreprises et leur secteur d'activités.

L'accord signé vendredi prévoit que la première année l'Etat versera 100 euros par salarié jusqu'à 1,4 SMIC, les collectivités locales 50 et le patronat 50, mais les entreprises devront assurer à terme la totalité de la prime.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.