Grève des mineurs en 1948 : la réparation

En 1948, ils sont 300 000 à mener la grève pour leur salaire. Certains iront en prison, d'autres perdront leur emploi ou leur distinction militaire. 68 ans après, François Hollande a choisi de les réhabiliter.

France 3

Au centre historique minier de Lewarde (Nord), Pierre Rebouillat raconte : "Mon père a travaillé à la mine, ma mère a travaillé à la mine, c'est une histoire de famille. Drôle de métier, mon père et ma mère ne voulaient pas que je le fasse, je pense qu'ils ont bien fait". Dans cette galerie reconstituée, il se souvient des histoires que son père racontait sur la mine : le charbon, la poussière, cette peur de descendre chaque jour.

Forte répression 

Mais par-dessus tout, il se souvient de la colère de son père qui s'est battu pour défendre ses droits. Nous sommes à l'automne 1948, en France 300 000 mineurs protestent contre la baisse de leur salaire. Très vite, des incidents éclatent avec les forces de l'ordre et la répression est forte : certains mineurs sont licenciés, d'autres jetés en prison. C'est le cas du père de Pierre Rebouillat qui sera aussi dégradé de ses attributs militaires.

Le JT
Les autres sujets du JT