Grand débat national : les artisans s'en emparent

Le grand débat national se poursuit avec un certain engouement. Des artisans réunis mardi 5 février à Joué-les-Tours (Indre-et-Loire) expriment leurs doléances.

FRANCE 2

Faire entendre sa voix au grand débat national, David Brault en a bien l'intention. Ce coiffeur de Joué-les-Tours (Indre-et-Loire) pourrait être un artisan heureux. Son affaire marche. Problème : il ne trouve pas de main-d’œuvre. Actuellement, il emploie 110 salariés, dont 35 apprentis. L'apprentissage, une filière essentielle pour l'artisanat.

Synthèse envoyée à Macron

Les artisans se sentent oubliés des grandes questions soulevées par les débats actuels. Pour faire entendre leur voix, ils ont décidé d'organiser leur propre tournée. Taxis, boulangers ou garagistes, ils étaient 80 à s'exprimer mardi 5 février en Indre-et-Loire. Grande doléance : la lourdeur des tâches administratives. Après deux heures de revendications et de propositions, tous se sont sentis moins seuls en attendant d'être entendus. La synthèse de ces débats des artisans sera envoyée en mars à Emmanuel Macron.

Le JT
Les autres sujets du JT
Dans plusieurs mairies, des cahiers de doléances ont été mis à disposition des habitants, dans le cadre du grand débat national.
Dans plusieurs mairies, des cahiers de doléances ont été mis à disposition des habitants, dans le cadre du grand débat national. (VALERY HACHE / AFP)