Vidéo L'interview exclusive de Bruno Le Maire sur Brut.

Publié
Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, était invité chez Brut. Il s’est exprimé sur l’inflation, la Coupe du monde au Qatar, et son port du col roulé.
Brut.
Article rédigé par

Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, était invité chez Brut. Il s’est exprimé sur l’inflation, la Coupe du monde au Qatar, et son port du col roulé. 

Je table sur une baisse des prix à partir du courant de l'année 2023.” Voici ce qu’a déclaré Bruno Le Maire au micro de Brut. Le ministre de l’Économie s’est exprimé sur les derniers sujets qui ont marqué l’actualité française, et notamment sur l’inflation des prix dans l’alimentaire. “Tout a augmenté, ça, je ne vais pas vous dire le contraire”, avoue le ministre. “Ça va continuer à monter dans les mois qui viennent, tout simplement parce que les prix de gros, c'est-à-dire les prix que payent les producteurs, l'industrie agro-alimentaire, elle fonctionne, elle paye ses factures, factures de gaz, factures d'électricité, l'approvisionnement est plus cher.”

“Je n'ai pas fait de recommandation”

Le ministre s’est aussi positionné vis-à-vis de la Coupe du monde de football au Qatar, qui provoque en ce moment un scandale écologique. “Je regarderai la Coupe du monde au Qatar et je soutiendrai les Bleus, oui. Mais enfin, c'est une question qu'on se pose un peu tard. C'est il y a douze ans qu'il fallait se poser la question, quand on a attribué la Coupe du monde au Qatar. Ça choque les gens qui se réveillent comme ça au moment de la Coupe du monde”, pense Bruno Le Maire.

Le politique est également revenu sur sa déclaration de porter un col roulé en hiver. “Je n'ai pas fait de recommandation, je n'ai pas dit aux gens ce qu'ils devaient faire à leur place, je trouve que ce n'est pas le rôle des responsables politiques, et ça part comme une fusée", explique-t-il. “En revanche, nous, notre responsabilité, c'est le bien commun, c'est l'intérêt collectif. C'est ma responsabilité de responsable politique. Et je pense que notre intérêt collectif, c'est qu'effectivement, nous chauffions moins.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.