Notre-Dame-des-Landes : la ZAD évacuée par les forces de l'ordre ?

Après l'abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) ce 17 janvier, va-t-on vers un bras de fer entre les forces de l'ordre et les zadistes ?

France 3

L'hypothèse d'un bras de fer entre zadistes et forces de l'ordre est peu probable pour l'instant après l'annonce de l'abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) ce 17 janvier. "Les opposants à cet aéroport ont le sentiment d'avoir remporté une victoire importante. Ils ont l'impression d'avoir été écoutés par le gouvernement et souhaitent se montrer coopératifs", explique Éléonore Duplay en direct de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

Les ZADistes souhaitent déblayer eux-mêmes les routes

Ils ont annoncé ce mercredi qu'ils souhaitent eux-mêmes dégager les routes de cette ZAD et notamment la plus emblématique, la RD 281. "Cette route est depuis des années entravée par des obstacles placés par les zadistes pour empêcher une éventuelle évacuation de la ZAD par les forces de police et de gendarmerie. De son côté, la gendarmerie devrait dès demain déployer ses forces, mais pas pour évacuer, mais pour effectuer des contrôles et vérifier que rien de dangereux n'entrerait sur la ZAD", conclut la journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un panneau dans la \"ZAD\" (\"zone à défendre\" ou \"zone d\'aménagement différé\") de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) exprime l\'opposition au projet d\'aéroport, le 16 janvier 2018.
Un panneau dans la "ZAD" ("zone à défendre" ou "zone d'aménagement différé") de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) exprime l'opposition au projet d'aéroport, le 16 janvier 2018. (LOIC VENANCE / AFP)