Notre-Dame-des-Landes : Emmanuel Macron assume la décision

Avec l'abandon de la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) ce 17 janvier, Emmanuel Macron est accusé d'avoir renié sa parole. Que répond-on dans son entourage ?

France 3

Emmanuel Macron avait promis la construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) pendant la campagne présidentielle, il assume son revirement. "Dans son entourage, on rejette la faute sur les gouvernements précédents," explique Catherine Demangeat, journaliste de France 3. "L'Élysée fait savoir qu'à l'époque il n'y avait pas d'alternatives, l'alternative a émergé avec le dernier rapport des experts. Ici on a beau jeu de dire que ni la droite ni la gauche n'ont été capables de trancher et qu'il aura fallu attendre 2018 pour sortir d'un bourbier vieux de 50 ans", précise la journaliste.

L'évacuation de la ZAD

Maintenant Emmanuel Macron est face à un nouveau défi, l'évacuation de la ZAD (Zone à défendre), sur laquelle vivent entre 200 et 400 personnes. Une opération cruciale, car d'autres projets du même genre seront à venir dans les prochains mois, par exemple le site de Bure (Meuse). Catherine Demangeat poursuit : "Ce matin en Conseil des ministres, le chef de l'État a été très ferme sur le retour à l'ordre public, ajoutant à propos de Notre-Dame-des-Landes : 'Je ne veux plus voir ce genre de ZAD en France'".

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président français, Emmanuel Macron, lors d\'une réunion de l\'UE et de dirigeants africains consacrée aux questions migratoires, le 28 août 2017 à l\'Elysée.
Le président français, Emmanuel Macron, lors d'une réunion de l'UE et de dirigeants africains consacrée aux questions migratoires, le 28 août 2017 à l'Elysée. (LUDOVIC MARIN / AFP)