Lutte contre l'homophobie : le gouvernement propose des mesures aux associations LGBT

Christophe Castaner, Nicole Belloubet et Marlène Schiappa ont proposé plusieurs mesures, après une série d'agressions homophobes. "On attend un peu plus de concret que ça", a réagi notamment l'association des policiers et gendarmes LGBT.

Christophe Castaner, Nicole Belloubet et Marlène Schiappa, au local de l\'association SOS Homophobie à Paris, le 30 octobre 2018.
Christophe Castaner, Nicole Belloubet et Marlène Schiappa, au local de l'association SOS Homophobie à Paris, le 30 octobre 2018. (BENJAMIN ILLY / RADIO FRANCE)

Trois membres du gouvernement se sont rendus à une réunion dans les locaux de l'association SOS homophobie, mardi 30 octobre. Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur, Nicole Belloubet, ministre de la Justice et Marlène Schiappa, secrétaire d'État en charge notamment de la lutte contre les discriminations ont écouté les messages d'alerte des associations LGBT face à la série d'agressions homophobes en France.

Des outils judiciaires

La réponse de l'État sera interministérielle : la sécurité, l'éducation, la justice. La garde des Sceaux Nicole Belloubet est venue avec plusieurs propositions : possibilité de porter plainte en ligne, améliorer la formation des magistrats, mais pas uniquement. "Pour lutter contre les contenus haineux sur internet et les contenus liés à ces discriminations, je propose de développer le référé civil, qui permet de bloquer des sites. Je propose également de développer les ordonnances pénales, qui permettent de réagir beaucoup plus rapidement", a détaillé la ministre.

Qu'en pensent les associations ? "Il y a des annonces, oui. Mais on attend un peu plus de concret que ça", juge Mickaël Bucheron, le président de FLAG, l'association des policiers et gendarmes LGBT. "On a évoqué des policiers référents, les policiers qui sont censés accueillir les victimes d'homophobie notamment. Ils ont apparemment été mis en place, mais la visibilité de ces policiers et de ces gendarmes est nulle aujourd'hui. Donc le ministre a visiblement pris conscience de cette réalité-là. Il n'y a pas d'information en interne sur ce sujet-là." 

Si nous ne sommes pas formés au niveau interne, autant dire qu'au niveau externe, c'est encore pire.Mickaël Bucheronà franceinfo

Christophe Castaner a lui aussi promis de travailler sur la formation des gendarmes et des policiers. Le ministre de l'Intérieur affirme que les plaintes pour agressions homophobes sont en augmentation de 15% depuis le début de l'année 2018.