Cet article date de plus de six ans.

Législatives : la campagne compliquée de Christophe Castaner

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Législatives : la campagne compliquée de Christophe Castaner
Législatives : la campagne compliquée de Christophe Castaner Législatives : la campagne compliquée de Christophe Castaner
Article rédigé par France 2
France Télévisions
France 2

Dans la 2e circonscription des Alpes-de-Hautes-Provence, Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement et candidat LREM, est chahuté sur son territoire.

Christophe Castaner, en campagne, était accompagné du Premier ministre, Edouard Philippe. "J'assume cette campagne dans une circonscription difficile, mais où je crois qu'il est important pour un député sortant de retourner au combat", a déclaré le candidat LREM dans la 2e circonscription Alpes-de-Haute-Provence. Et dans les rues de Manosque, les électeurs l'assurent, l'affaire Ferrand n'interféra pas. "J'en ai rien a ciré", "Ce n’est pas parce qu'une personne a tripoté dans un parti que ça doit rejaillir sur l'ensemble", peut-on entendre dans la rue. Quoique certains pensent toutefois que l'affaire en cours pourrait inciter à ne pas voter.

De sérieux concurrents ?

Parmi les 12 candidats qui s'affrontent dans cette 2e circonscription des Alpes-de-Hautes-Provence, le député sortant doit mener une bataille difficile. D'autres candidats sérieux viennent le contester. Comme le frontiste Christian Girard qui dénonce la vieille politique que représente Christophe Castaner et voit dans ce député sortant "le candidat du système". La France Insoumise est elle représentée par Léo Walter qui vient aussi marcher sur les plate-bandes du sortant et compliquer un peu plus encore cette campagne. Léo Walter espère surfer sur la vague de son parti : "Il [Jean-Luc Mélenchon] est arrivé premier dans cette circonscription. (..) Donc on ne voit pas de raison pour lesquelles ces citoyens qui ont défendu la candidature de Jean-Luc Mélenchon ne soutiendraient pas notre candidature aujourd'hui."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.