Dimanche en politique, France 3

Education : bientôt une réforme du bac selon Jean-Michel Blanquer

Le 19 novembre, Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale, était l'invité de "Dimanche en politique". L'occasion d'aborder, entre autres, l'enseignement de l'écriture inclusive et la future réforme du bac.

Voir la vidéo
France 3
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le 19 novembre, Francis Letellier a reçu le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer. L'occasion pour le journaliste d'interroger son invité sur la question de l'écriture inclusive et de son éventuel enseignement. "En ce qui concerne l'Education nationale, a déclaré Jean-Michel Blanquer, nous ne voulons pas de l'écriture inclusive. Ma grande cause est d'apprendre à tous les élèves à lire, écrire, compter et respecter autrui. Ce défi est suffisamment grand pour ne pas le compliquer."

"Je considère que la question de l'égalité homme-femme est fondamentale et qu'il est dommage de la dévoyer vers ce sujet-là. Il y a une langue française, ne mélangeons pas tous les sujets, il y a une langue française, plusieurs pratiques dans la francophonie et des règles qu'il est important de transmettre aux enfants. Il faut que la grammaire soit claire, que l'orthographe s'améliore chez les enfants."

Bac : "Quatre matières resteront à l'examen final"

Le ministre de l'Education nationale a également insisté sur les enjeux sociaux de l’éducation. "Tout ce que nous allons faire de positif en matière de pédagogie et d'éducatif est au service du social. La première des inégalités, c'est l'inégalité devant le langage. Quand les enfants arrivent à l'école maternelle, il y a déjà une inégalité entre ceux qui maîtrisent 500 mots et ceux qui en maîtrisent 3 000. L'école doit compenser ces inégalités en étant excellente pour les plus défavorisés."

Jean-Michel Blanquer a finalement tenu à aborder le sujet de la réforme du bac promise par Emmanuel Macron pendant sa campagne. Les filières L, ES et S pourraient notamment disparaître. "Le système n'est pas mauvais, mais il est fatigué. Le jeu reste ouvert. Il y aura une réforme du baccalauréat, quatre matières resteront à l'examen final, le reste sera évalué sous la forme d'un contrôle continu", a précisé le ministre.

Le ministre de l\'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, à la sortie du Conseil des ministres à l\'Elysée, à Paris, le 14 juin 2017.
Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, à la sortie du Conseil des ministres à l'Elysée, à Paris, le 14 juin 2017. (MAXPPP)