Un "expert" à l’Intérieur, l’arrivée de députés et une plus grande représentation du MoDem : les dernières pistes sur le remaniement

Les contours du nouveau gouvernement sont désormais précis : le MoDem devrait être plus représenté, des ministres "maillons faibles" vont faire leurs cartons et un ou deux députés devraient apparaître. Le nouveau ministre de l'Intérieur pourrait être une personnalité de la société civile.

Edouard Philippe et Emmanuel Macron à Paris, le 23 mars 2018.
Edouard Philippe et Emmanuel Macron à Paris, le 23 mars 2018. (PHILIPPE WOJAZER / POOL)

Tout est en place pour que le remaniement soit annoncé mardi 9 octobre, une semaine après la démission de Gérard Collomb du ministère de l'Intérieur.

>> Un remaniement à plusieurs inconnues attendu mardi : suivez notre direct

Un agenda léger pour la tête de l'exécutif

Mardi matin, Edouard Philippe s'est rendu à l'Elysée où il s'est entretenu pendant près de deux heures avec le chef de l'Etat, Emmanuel Macron. L'agenda du président de la République était vide jusqu'à un déjeuner avec le président de la République d'Ouzbékistan. Puis Emmanuel Macron a prévu de se rendre à partir de 17 heures avec Mounir Mahjoubi, secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargé du Numérique, à la Station F fondée par Xavier Niel, l'un des plus ambitieux programmes européens d'accompagnement de jeunes pousses. Il devrait y rester jusqu'à 19 heures.

Le Premier ministre Edouard Philippe sera bien présent à la séance des questions au gouvernement, mardi après-midi, à l'Assemblée nationale, selon Matignon. Il est lui rentré de Lyon lundi soir et il avait annulé le traditionnel petit-déjeuner de la majorité à Matignon. 

Un MoDem renforcé dans le nouveau gouvernement, des départs et des nouveaux venus

Les contours du remaniement sont désormais précis, avec notamment le renforcement numérique du MoDem dans le nouveau gouvernement. François Bayrou a d'ailleurs regagné Paris. Des secrétaires d'État vont être élevés au rang de ministres, des ministres classés "maillons faibles" vont partir, des ministères comme la Cohésion des territoires vont être réorganisés et un ou deux députés vont faire leur entrée dans l'équipe gouvernementale. L'exécutif veut un gouvernement collectif et solide. Sept ministres en quinze mois, c'est beaucoup, et il veut que cette équipe tienne.

Enfin, le nouveau ministre de l'Intérieur serait une personnalité de la société civile, avec un profil d'expert. Parmi les noms les plus souvent cités, ceux du procureur de Paris François Molins, de la directrice de la PJ Mireille Ballestrazzi, du maire de Prades (Pyrénées-Orientales) Jean Castex.

La démission d'Edouard Philippe, en balance jusqu'au bout

Edouard Philippe n'a pas remis sa démission après son entrevue mardi matin à l'Elysée, et les consultations se poursuivent. La question n'était toujours pas arbitrée hier entre les deux têtes de l'exécutif. Dans l'hypothèse d'une démission, Emmanuel Macron confierait à son Premier ministre la tâche de former une nouvelle équipe et cette démission permettrait à ce dernier d'engager à nouveau sa responsabilité devant l'Assemblée. Un scénario qui confirmerait le poids politique acquis par Edouard Philippe depuis l'affaire Benalla.

Mais plusieurs ministres jugent que cela ne sert à rien, puisqu'il n'y aura pas de changement de cap politique et que le budget est maintenant entre les mains des députés. "De la pure com politique, faute d'un remaniement qui risque de ne pas imprimer", a confié l'un d'eux à franceinfo. D'autant que le président va lui-même s'exprimer prochainement.