ADP : l'opposition réunie dans un référendum contre la privatisation

L'opposition dégaine le référendum pour tenter de stopper la privatisation d'Aéroports de Paris alors que la loi Pacte doit être votée. 

France 3

La scène est inhabituelle dans la salle des conférences de presse de l'Assemblée nationale. Côte à côte, des députés centristes, des Républicains, socialistes, insoumis ou encore communistes. L'opposition s'est réunie pour tenter de faire échouer la privatisation d'Aéroports de Paris avec une arme : le référendum d'initiative partagée. Depuis 2008, la Constitution permet l'organisation d'un tel référendum à certaines conditions : réunir au moins 185 parlementaire et la signature de 4,5 millions d'électeurs.

Une pression sur le gouvernement

Mardi 9 avril, les députés de La République en marche dénoncent une manœuvre politique à 48 heures du vote définitif de la loi Pacte. Une fois la question validée par le Conseil constitutionnel, les citoyens auraient neuf mois pour signer le projet. La procédure risque donc d'être longue, mais l'annonce d'un tel référendum exerce déjà une sérieuse pression politique sur le gouvernement au moment où il s'apprête à privatiser Aéroports de Paris.

Le JT
Les autres sujets du JT
197 députés et sénateurs ont enclenché le \"référendum d\'initiative partagée\" sur la privatisation d\'Aéroports de Paris (ADP).
197 députés et sénateurs ont enclenché le "référendum d'initiative partagée" sur la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP). (ERIC PIERMONT / AFP)