Actes Sud, l'ancienne maison d'édition de Françoise Nyssen, va régulariser si nécessaire la situation de ses bureaux parisiens

L'annonce fait suite aux révélations du "Canard enchaîné" affirmant que les locaux ont été agrandis sans autorisation par la ministre de la Culture lorsqu'elle dirigeait la maison d'édition.

Françoise Nyssen, le 3 août 2018, à Paris. 
Françoise Nyssen, le 3 août 2018, à Paris.  (MUSTAFA YALCIN / AFP)

Actes Sud va entreprendre "les démarches qui s'avéreraient nécessaires" pour régulariser la situation de ses bureaux parisiens, a annoncé la maison d'édition dans un communiqué, jeudi 23 août. Une annonce faite après les révélations du Canard enchaîné, qui affirme que les locaux ont été agrandis sans autorisation en 1997 par la ministre de la Culture Françoise Nyssen, à l'époque directrice d'Actes Sud.

Dans un communiqué, Actes Sud affirme avoir "mandaté le cabinet de maître Franck Benalloul, avocat au barreau de Marseille, afin qu'il entreprenne toutes les démarches qui s'avéreraient nécessaires pour une mise en conformité au code l'urbanisme de leurs bureaux parisiens".

Longtemps restée silencieuse, la ministre a eu comme seul commentaire : "Aucune entreprise n'est au-dessus des lois. La mise en conformité par Actes Sud est une évidence." 

En juin, l'hebdomadaire satirique avait déjà dénoncé l'agrandissement du siège d'Actes Sud à Arles, réalisé sans les autorisations nécessaires en 2011, avant d'être régularisé à l'entrée de Françoise Nyssen au gouvernement. La ministre, qui avait alors regretté une "négligence", n'a toujours pas réagi après ces nouvelles révélations.