Cet article date de plus de neuf ans.

Giulia à l'Elysée : joie dans la majorité, retenue dans l'opposition et discrétion des parents

La naissance du quatrième enfant de Nicolas Sarkozy, une fille prénommée Giulia, a été entourée d'une discrétion qui rompt avec la mise en scène de sa vie privée à laquelle le chef de l’État avait habitué les Français, au début de son quinquennat.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Nicolas et Carla Sarkozy dans les jardins de l'Elysée pour les journées du Patrimoine (17 septembre 2011) (AFP/JACQUES BRINON)

La naissance du quatrième enfant de Nicolas Sarkozy, une fille prénommée Giulia, a été entourée d'une discrétion qui rompt avec la mise en scène de sa vie privée à laquelle le chef de l'État avait habitué les Français, au début de son quinquennat.

La naissance du bébé de Carla-Bruni, épouse du président de la République, mercredi, n'a fait l'objet d'aucune annonce officielle des services de la présidence de la République. Contrairement à l'attitude adoptée par Nicolas Sarkozy avant et immédiatement après son entrée à l'Elysée, cet événement familial n'a été ni mis en scène ni médiatisé selon des critéres sophistiqués de la communication.

La surmédiatisation du début du quinquennat et la période pré-électorale tendue par la crise dans laquelle il se déroule ont pour conséquence de susciter une joie contenue dans la majorité et une retenue remarquable dans l'opposition. La première fille des heureux parents - Carla Bruni a déjà un garçon et Nicolas Sarkozy, trois -, bien que cette naissance soit un événement sans précédent sous la Ve République, ne vient donc pas au monde dans un concert de louanges et de félicitations.

"On voit que la président de la République ne ménage pas ses efforts, malgré la naissance heureuse, la grande joie que vient de lui donner son épouse", a déclaré, jeudi sur Europe 1, Jean-Claude Gaudin, président du groupe UMP du Sénat. Le maire de Marseille faisait allusion à la multiplication des sommets pour faire face à la crise fiancière.

Voir le reportage de Jeff Wittenberg sur France 2 le 20 octobre 2011

Voir la video

"De nature complètement privée"

De son côté, Nadine Morano, ministre UMP de l'apprentissage, a confié sur sur BFMTV : "C'est évidemment un heureux événement et beaucoup de bonheur. Nous en parlions dans l'avion qui nous emmenait en déplacement à Nice et il avait eu son épouse au téléphone. On le voyait très attentif et très attentionné à l'égard de Carla. Et au-delà de la ministre, c'est d'abord l'amie qui réagit à ce grand bonheur pour eux deux".

Dans l'opposition, Le président (PS) de la commission des finances de l'Assemblée nationale, Jérôme Cahuzac, s'est réjoui sur Canal +: "Je suis content pour eux. Il n'y a rien de plus formidable pour un couple que d'accueillir en enfant." Avant d'ajouter : "le président de la République nous a habitués à faire des arguments politiques de tout, j'espère qu'il n'en fera pas un avec celui-là."

Comme si elle voulait résumer l'opinion générale, la candidate du Front national à l'élection présidentielle, Marine Le Pen, a estimé, sur France Inter, que cet événement est donc "pas de commentaire". Comme on lui demandait si elle ne présentait pas de félicitations, elle a répondu : "Oh si, il y a toujours des félicitations, quand un bébé naît, moi je suis toujours contente."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.