Cet article date de plus de neuf ans.

Gérard Schivardi ne sera pas candidat en 2012

Le congrès du Parti ouvrier indépendant (POI) a jugé "préférable" dimanche de ne pas présenter de candidat en 2012 pour exprimer son "rejet" des "institutions antidémocratiques" de la Ve République et de l'Union européenne.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Gérard Schivardi (afp)

Le congrès du Parti ouvrier indépendant (POI) a jugé "préférable" dimanche de ne pas présenter de candidat en 2012 pour exprimer son "rejet" des "institutions antidémocratiques" de la Ve République et de l'Union européenne.

A la présidentielle de 2007, Gérard Schivardi avait récolté 0,34% des voix, arrivant dernier des 12 candidats présents. Il n'avait pas exclu de se représenter en 2012.

Lors d'une conférence de presse au siège du POI à Paris à l'issue d'un congrès extraordinaire, Daniel Gluckstein, un des quatre secrétaires nationaux du POI, a déclaré que "tous les délégués sont d'accord pour condamner les institutions antidémocratiques de la Ve République et les institutions de l'Union européenne".

Il est donc "préférable d'exprimer ce rejet par la non présentation d'un candidat", le POI étant favorable à la mise en place de "nouvelles institutions sur la base d'une assemblée constituante", a-t-il ajouté. Le POI présentera en revanche "des candidats partout où (il pourra) aux législatives" de 2012, a indiqué Claude Jenet, également secrétaire national.

S'il faudra bien en 2012 "chasser le gouvernement de Nicolas Sarkozy et sa politique" anti-service public et de "saignée" dans l'Education nationale, il est clair qu'un "gouvernement de gauche cherchera finalement à appliquer les mêmes politiques que Papandreou ou Zapatero" en France, a estimé M. Gluckstein, prônant "la rupture avec l'UE".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.