Colonel de gendarmerie condamné pour violences conjugales : "Il valait mieux qu'il quitte ses fonctions", dit Gérald Darmanin

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Le colonel Steiger a été condamné à 6 000 d'euros d'amende en appel pour des "violences volontaires sur conjoint".

"Il valait mieux" que le colonel Steiger "quitte ses fonctions", a déclaré Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur mardi 24 août sur franceinfo, à propos du cas de ce gradé qui a été condamné pour violences conjugales. Mais le ministre ne veut "pas hurler avec les loups". Cette condamnation par la justice, révélée par Mediapart (article sur abonnement), avait provoqué un tollé en Nouvelle-Calédonie où le colonel venait d'être nommé, le forçant à quitter ses nouvelles fonctions.

Gérald Darmanin était-il au courant de l'existence de cette condamanation du colonel Eric Steiger ? Il souligne d'abord que cette nomination avait été "faite par le directeur général de la gendarmerie", et qu'il a ensuite été informé d'un dossier pour violences conjugales. Ce dernier "n'a pas été condamné à la prison ferme ni avec sursis de façon définitive", insiste le ministre. Le colonel Steiger a en effet écopé de six mois de prison avec sursis en première instance, mais la peine a été ramenée à 6 000 euros d'amende en appel, avec non-inscription de la peine au casier judiciaire. Gérald Darmanin rappelle qu'il avait demandé "à tous les policiers et gendarmes qui avaient été condamnés à de la prison ferme ou de la prison avec sursis pour violences conjugales de ne pas prendre de poste de responsabilité et de quitter la police nationale ou la gendarmerie".

Une "cabale" contre le colonel Steiger

"Moi, je ne suis pas pour les chasses aux sorcières. Et je déteste des chasses à l'homme ou à la femme, poursuit le ministre de l'Intérieur. J'ai cependant demandé au directeur général de la gendarmerie d'avoir une discussion avec le colonel Steiger pour savoir s'il se sentait rester en poste, considérant moi-même qu'il ne devait sans doute pas rester en poste vu la cabale dont il faisait l'objet et vu l'exigence que je demande aux chefs qui dirigent." Gérald Darmanin "salue son geste" de décider de se retirer, tout en mettant "des guillemets dans la salutation". "Il valait mieux qu'il quitte ses fonctions, conclut le ministre, mais je ne veux pas hurler avec les loups."

Dans un article publié mardi 24 août (abonnés), Mediapart réagit à ces propos de Gérald Darmanin et se défend d'avoir, par son enquête, mené une "cabale". Le site rappelle que "le colonel de gendarmerie a été condamné par la justice (et pas par la presse) pour violences conjugales, et que ce sont des élus de la République qui ont demandé sa démission". Il rappelle également que "même si, à la suite de sa demande et sur décision du tribunal, sa condamnation ne figurera pas sur son casier judiciaire, le colonel Éric Steiger a bien été condamné définitif pour violences conjugales. Il a, qui plus est, reconnu les faits." Mediapart précise par ailleurs qu'il a bien mentionné que l'épouse du colonel Steiger a elle-même été reconnue coupable de violences en première instance. Mais qu'elle a été relaxée en appel.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Gérald Darmanin

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.