Georges Tron a été condamné en diffamation après la plainte de deux opposants d'extrême droite

Le maire UMP de Draveil (Essonne), Georges Tron, a été condamné en diffamation vendredi 6 juillet pour la diffusion d'un tract. Celui-ci avait été assigné en justice par ses opposants d'extrême droite aux législatives Jacques et Philippe Olivier.

Condamné pour diffamation pour la diffusion d\'un tract, Georges Tron fait appel.
Condamné pour diffamation pour la diffusion d'un tract, Georges Tron fait appel. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Le maire UMP de Draveil (Essonne), Georges Tron, a été condamné en diffamation vendredi 6 juillet pour la diffusion d'un tract. Celui-ci avait été assigné en justice par ses opposants d'extrême droite aux législatives Jacques et Philippe Olivier.

Le juge des référés d'Evry a condamné le maire de Draveil Georges Tron "à faire cesser le trouble manifestement illicite causé à Monsieur Jacques Olivier et à Monsieur Philippe Olivier par la diffusion du tract intitulé 'Message personnel de la part de Georges Tron' daté à Draveil du 7 mai 2012".

Une décision dont M. Tron a fait appel.

En pleine campagne des législatives dans la 9e circonscription de l'Essonne, M. Tron, encore député, diffuse à 120 000 exemplaires un tract de quatre pages, présenté comme un “message personnel” aux électeurs de sa circonscription, dans lequel il dénonce un "complot politique".

Selon l'ancien secrétaire d'Etat à la Fonction publique, sa mise en examen pour viols et agressions sexuelles en réunion, suite aux plaintes de deux anciennes employées municipales, serait l'œuvre de ses opposants politiques, notamment les frères jumeaux Jacques et Philippe Olivier, candidats d'extrême droite.

Ceux-ci décident alors de porter plainte, et voient leur démarche aboutir vendredi 6 juillet.

Dans sa décision, le juge a notamment ajouté l'obligation pour Georges Tron de faire paraître un encart dans l'édition de l'Essonne du Parisien courant juillet.

Il devra aussi retirer le tract de son site internet, www.georgeslegislatives.fr, créé pour les élections législatives. Vendredi après-midi le site était toutefois fermé.

Philippe Olivier, beau-frère de Marine Le Pen, et son frère jumeau, qui était son suppléant, ont recueilli 0,02% des voix le 10 juin au premier tour des élections législatives.

Au deuxième tour, M. Tron, député sortant, a recueilli 43,25% des voix, laissant son siège à l'Assemblée au candidat PS et maire de Ris-Orangis (Essonne) Thierry Mandon.