Vidéo Tribune de militaires dans "Valeurs Actuelles" : Agnès Pannier-Runacher fustige "un quarteron de généraux en charentaises qui appellent au soulèvement"

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Invitée de franceinfo lundi 26 avril, Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’Industrie, a condamné "sans réserve" cette tribune lancée par l'ancien officier Jean-Pierre Fabre-Bernadac, qui dénonce notamment le "délitement" qui frapperait la patrie.

Une vingtaine de généraux ont publié une tribune mercredi dans Valeurs Actuelles dans laquelle ils demandent à Emmanuel Macron de défendre les valeurs de la civilisation contre "la horde des banlieues". Invitée de franceinfo lundi 26 avril, Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’Industrie, a "condamné sans réserve cette tribune d'un quarteron de généraux en charentaises qui appellent au soulèvement".

"60 ans jour pour jour après le putsch des généraux contre le général De Gaulle, tout ça n'est pas gratuit, indique la ministre. Je remarque à quelle vitesse Marine Le Pen s'est jointe et a appelé ces généraux à la rejoindre."

"C'est une insulte pour l'armée et les valeurs qu'elle porte. Les masques tombent et le vernis craque : Marine Le Pen c'est l'extrême droite et c'est très exactement le même schéma qu'il y a 60 ans."

Agnès Pannier-Runacher

à franceinfo

Cette tribune lancée par l'ancien officier Jean-Pierre Fabre-Bernadac dénonce notamment le "délitement" qui frapperait la patrie. "Nous sommes disposés à soutenir les politiques qui prendront en considération la sauvegarde de la nation", ajoutent les signataires. Deux jours plus tard, Valeurs Actuelles a publié une réponse de Marine Le Pen : "Je vous invite à vous joindre à notre action pour prendre part à la bataille qui s'ouvre", a-t-elle écrit.

De son côté, la ministre des Armées Florence Parly a jugé cette tribune "irresponsable". "Les armées ne sont pas là pour faire campagne mais pour défendre la France", a-t-elle souligné dimanche soir sur Twitter.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Rassemblement national

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.