VIDEO. 17% des conseillers régionaux FN ont quitté le parti

Au soir des élections régionales, il y a deux ans, le Front national fait la fête. Même s’il n’a remporté aucune région, il bat un record : 358 conseillers régionaux sont élus. Depuis, ce n’est plus la même ambiance. 64 ont démissionné : un sur cinq. Nous avons enquêté sur ces départs.

Voir la vidéo

Ces dernières semaines, les départs de conseillers régionaux Front national s'enchaînent.

"Dérive droitière"

Au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, sur 24 conseillers FN, neuf sont partis. La plupart ont rejoint les Patriotes, le parti de Florian Philippot.

Parmi eux, Sophie Montel. Elle reproche au FN un changement de discours sur l’Europe et une dérive droitière : "On voit revenir énormément d’identitaires, de gens ultras, c’est à dire des gens qui ont des propos qui ne sont pas des propos qui entrent dans le cadre de la dédiabolisation. Pour moi la dédiabolisation, ce n'était pas un vain mot, c’était quelque chose de nécessaire pour un jour accéder aux responsabilités."

"Trop à gauche"

En Ile-de-France, c’est pire : 45% des élus ont quitté le Front national. C'est le cas de Yasmine Benzelmat. Il y a quelques mois encore, cette élue prenait la parole au nom du parti ; aujourd’hui, c’est terminé, elle considère le FN trop à gauche. Elle tracte maintenant pour Debout la France.

Elle s'explique : "Dans la campagne présidentielle avec un électorat filloniste qui était un peu perdu, un peu oprhelin et qui était assez proche de nous, on aurait pu faire une main tendue et on a préféré faire un appel aux électeurs de Mélenchon."

Pour Wallerand de Saint-Just, patron du groupe FN à la région, ces démissions ne posent aucun problème.

Il y en a trois qui ont dit qu’on était trop à droite, trois autres qui ont dit qu’on était trop à gauche, je me dis que nous sommes dans l’équilibre.

Wallerand de Saint-Just, chef du groupe FN à la région Ile-de-France

"Un manque de travail"

Des divergences politiques, mais aussi des problèmes d’organisation. En région PACA, 16% des élus ont quitté le parti. Au point que certains anciens conseillers FN se réjouissent que le Front national n’ait pas gagné la région.

Encore heureux qu’on n’ait pas gagné. Ça aurait été catastrophique. Les gens ne travaillent pas. Ils ne sont pas intéressés.

Elisabeth Philippe, conseillère régionale ex-FN en région PACA

Nous avons contacté le Front national, il évoque une recomposition politique et minimise, évoquant des départs, liés à de simples différends personnels.

Le JT
Les autres sujets du JT
DR
DR (L'OEIL DU 20 HEURES / FRANCE 2)