Cet article date de plus de trois ans.

Un syndicat de policiers réclame la fin de la surveillance de la maison de Marine Le Pen

"Les policiers gardent la maison parfois durant 8 heures de suite sans relève, sans pouvoir aller aux toilettes, dans un véhicule non climatisé", a précisé le syndicat Alliance auprès du "Parisien", lundi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Marine Le Pen, présidente du Front national, lors d'une conférence de presse, à Lens (Pas-de-Calais), le 14 juin 2017. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Ils souhaitent passer à autre chose. Le syndicat Alliance, majoritaire chez les gardiens de la paix, réclame la fin de la surveillance de la résidence de Marine Le Pen, qui se trouve à La Celle-Saint-Cloud, dans les Yvelines. Le syndicat estime que "cette mission empêche la mise en place d’un cycle de repos plus avantageux et retire des fonctionnaires de la voie publique", a rapporté Le Parisien / Aujourd'hui en France, lundi 26 juin.

Demeure gardée même lorsqu'elle est absente

"Ce travail se fait dans des conditions inadmissibles, a jugé le délégué du syndicat Julien Le Cam auprès du quotidien. Les policiers gardent la maison parfois durant 8 heures de suite sans relève, sans pouvoir aller aux toilettes, dans un véhicule non climatisé."

Une "source proche de la direction" a confirmé au journal que la demeure de la présidente du Front national est gardée depuis dix-huit mois, "même lorsqu'elle est absente". Le Parisien précise que le préfet des Yvelines "a écrit au ministère de l’Intérieur afin qu'une décision soit prise sur cette question".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.