Législatives 2022 : "C'est inespéré, on ne fera pas faillite", la bonne opération financière du Rassemblement national

Avec son score réalisé au premier tour des législatives, le parti, au bord de la faillite depuis des années, peut désormais espérer une dotation d'au moins sept millions d'euros par an.

Article rédigé par
Hadrien Bect - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La candidate du Rassemblement national (RN) Marine Le Pen quitte un isoloir lors du second tour de l'élection présidentielle dans un bureau de vote à Henin-Beaumont (Pas-de-Calais), le 24 avril 2022. (THOMAS SAMSON / AFP)

Avec 4,2 millions de voix obtenues au premier tour, le RN réalise une progression financière en plus de la poussée électorale. Car les élections législatives sont aussi l'occasion pour les partis de récupérer une dotation publique en fonction des résultats obtenus. "C'est inespéré, on ne fera pas faillite", s'est réjoui mercredi 15 juin un élu du Rassemblement national sur franceinfo, à quatre jours du second tour des élections législatives

>> Législatives : pourquoi ces élections représentent un enjeu financier majeur pour les partis politiques

Pour le Rassemblement national, au bord de la faillite depuis des années, c'est une bonne affaire. Avec plus de 23 millions d'euros de dette, le parti s'est fait peur à plusieurs reprises, craignant de ne plus pouvoir fonctionner. L'hiver dernier, en pleine campagne présidentielle, l'état-major avait redouté de ne plus pouvoir payer les fournisseurs. Les cadres du RN font donc leurs comptes. Avec son score réalisé au premier tour, l'État lui versera chaque année pendant cinq ans près de sept millions d'euros. Jamais le parti n'avait touché autant d'argent public. Mais il faut ajouter à cela ce que rapporteront les députés. Un groupe de 30 élus rapporte par exemple un million d'euros de plus chaque année. En tout, la dotation annuelle du RN pourrait avoisiner les huit millions d'euros, contre à peine plus de cinq millions sur la mandature précédente.

Rembourser les créanciers

La priorité affichée à court terme pour le Rassemblement national est de rembourser les créanciers, à commencer par le fameux emprunt russe, critiqué par Emmanuel Macron lors du débat de l'entre deux tours de la présidentielle. "Il y a un intérêt politique à le rembourser vite, cela nous a desservi pendant la présidentielle. Ce sera un angle d'attaque en moins en 2027", espère un cadre du parti.

Le score des législatives permettra aussi au RN d'avoir plus d'argent pour fonctionner. L'année dernière, le parti avait dû licencier, mais aussi se professionnaliser davantage. La création d'un groupe parlementaire pourrait aussi aider le parti de Marine Le Pen à être "alimenté en matière grise solide", souligne un cadre. Mais un élu met toutefois en garde : avec ces nouveaux moyens, "il ne va pas falloir commencer à distribuer des salaires déments à tout le monde". Mais si l'argent est bien dépensé, "on va peut-être passer du fonctionnement d'une secte à celui d'un parti adulte."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Rassemblement national - RN

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.