Le FN fait appel de la décision de justice qui maintient Jean-Marie Le Pen au poste de président d'honneur

Le président d'honneur du FN avait été exclu du parti le 17 novembre, sans toutefois perdre son statut honorifique.

Le fondateur du Front national, Jean-Marie Le Pen, au tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine), le 5 octobre 2016.
Le fondateur du Front national, Jean-Marie Le Pen, au tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine), le 5 octobre 2016. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Énième rebondissement judiciaire entre le Front national et Jean-Marie Le Pen. Alors que le tribunal de grande instance de Nanterre avait validé l'exclusion du parti du député européen, sans pour autant le déchoir de son statut de président d'honneur, Jean-Marie Le Pen annonce, lundi 5 décembre, que la direction du FN a fait appel de cette décision.

"Le Front national a fait appel du jugement rendu le 17 novembre dernier, qui confirmait mes droits de président d'honneur du parti que j'ai fondé et dirigé durant des décennies", déclare Jean-Marie Le Pen dans un communiqué relayé sur Twitter. Une information confirmée à franceinfo par le trésorier du FN, Wallerand de Saint-Just, également vice-président de la Commission des conflits du parti.

"Rien de clandestin au FN"

Qualifiant cet appel de "manœuvre misérable", Jean-Marie Le Pen pointe dans son communiqué l'existence de "réunions clandestines" au sein du parti, visant à l'empêcher d'exercer sa fonction. Des propos "diffamatoires", selon Wallerand de Saint-Just. Le conseiller régional d'Ile-de-France affirme à franceinfo qu'"il n'y a rien de clandestin au FN". Précisant, non sans une pique à l'égard du président d'honneur : "En ce moment, nous n'organisons pas de réunions… Et s'il y en avait, Jean-Marie Le Pen pourrait difficilement venir, il me semble qu'il est en République dominicaine."