Florian Philippot est-il sur le point de claquer la porte du Front national ?

Depuis plusieurs semaines, les tensions entre le numéro deux du FN et les poids lourds du parti se cristallisent autour de la sortie de l'euro.

Florian Philippot, le 14 mars 2017, à Strasbourg (Bas-Rhin).
Florian Philippot, le 14 mars 2017, à Strasbourg (Bas-Rhin). (FREDERICK FLORIN / AFP)

La question de l'euro continue d'isoler Florian Philippot au sein du Front national. Invité de Paris Première et Radio Classique, lundi 22 mai, le vice-président du FN a tenu des propos sévères sur la communication du Front national à propos de la sortie de l'euro. "J'ai senti, la dernière semaine, cette inquiétude sur la double monnaie : on n'a jamais été favorables à la double monnaie mais on a fait croire qu'on était favorables à une double monnaie, c'est quand même extraordinaire", a lancé Florian Philippot.

"Ça a stressé tout le monde"

Le Front national défend officiellement, depuis plusieurs années, la transformation de l'euro "monnaie unique" en euro "monnaie commune", destinée aux échanges internationaux. Celle-ci serait couplée à une monnaie nationale retrouvée pour l'économie au quotidien. "On a fait croire aux Français qu'il y aurait deux monnaies dans le portefeuille, ce qui était faux, ça n'a jamais été notre ambition (...). Ça a stressé tout le monde", a insisté Florian Philippot.

Après ces déclarations virulentes, le numéro 2 du FN a contacté l'AFP pour préciser ses propos. Il a expliqué qu'il ne blâmait pas son parti mais les médias qui ont, selon lui, fait croire que le Front national défendait "cette double monnaie dans les portefeuilles".

L'ultimatum sur la sortie de l'euro

Malgré cette mise au point, Florian Philippot est de plus en plus en difficulté au sein du Front national. Le 11 mai, il avait menacé de quitter le FN si le parti reculait sur la sortie de l'euro, alors que de nombreux cadres frontistes s'accordent pour dire que cette proposition impopulaire a réduit les chances de victoire de Marine Le Pen.

"Il exprime une conviction qui est une conviction forte et après tout, il ira au bout de ses convictions", a répondu Marine Le Pen, interrogée par franceinfo sur l'ultimatum lancé par son bras droit. "Si, demain, les adhérents du FN décidaient qu'on doit abandonner cette partie-là, il ne se sentirait plus en accord avec ses convictions, je trouve que c'est tout à son honneur", a précisé la dirigeante frontiste, qui a renvoyé le débat au prochain congrès du FN.

Le sort de Florian Philippot scellé lors du prochain congrès du FN ?

L'avenir de Florian Philippot pourrait se jouer lors de ce prochain rassemblement frontiste, prévu après les élections législatives. Le 15 mai, l'eurodéputé a d'ailleurs créé, au sein du FN, une association baptisée Les Patriotes.

Cette initiative, largement critiquée par les poids lourds du Front national, semble poser les bases d’un futur affrontement entre pro et anti-Philippot lors du prochain congrès du parti. "L’initiative de Florian Philippot, c'est la volonté de réunir ses amis dans une association, avait critiqué Nicolas Bay sur franceinfoJe ne suis pas sûr que ce soit la priorité du moment."