"Députés qui êtes restés aveugles, sourds et muets, la postérité vous maudira" : Jean-Marie Le Pen a quitté le Parlement européen

L'ancien président du Front national, Jean-Marie Le Pen, a fait ses adieux mardi au Parlement européen, où il a été élu 35 ans. Devant un parlement presque vide, il y a fustigé son "inutilité" et le comparant à un "moulin à vent".

Jean-Marie Le Pen, au Parlement européen, le 16 avril 20189, à Strasbourg.
Jean-Marie Le Pen, au Parlement européen, le 16 avril 20189, à Strasbourg. (FREDERICK FLORIN / AFP)

Jean-Marie Le Pen a fait ses adieux au Parlement européen mardi 16 avril. Le fondateur du Front national, exclu du parti en 2015 après avoir réitéré ses propos sur les chambres à gaz "détail de l’Histoire", quitte l’institution où il a été élu sans discontinuer depuis 1984. À moins de six semaines des élections européennes où le parti désormais dirigé par sa fille espère arriver en tête, l’ancien candidat à la présidentielle quitte donc la vie politique… mais n’a pas l’intention de se taire. 

"Députés qui êtes restés aveugles sourds et muets : la postérité vous maudira" : les derniers mots de 35 ans de mandat entre Strasbourg et Bruxelles, pour rien ou presque. "Je ne sais pas si vous vous souvenez de ce conte dans les Lettres de mon moulin, d’Alphonse Daudet ? Eh bien ici nous sommes dans un moulin à vent…"   Il le déteste, ce Parlement, qui a levé six fois son indemnité pour ses propos antisémites, ou pour l’emploi présumé fictif de son assistant. Affaire dans laquelle l’institution lui réclame 320 000 euros.

Retraité malgré lui

"Mais la victime de l’escroquerie, c’est moi", affirme Jean-Marie Le Pen. "On les retient sur mon indemnité parlementaire et je dois vous dire que je dois vivre avec 3 000 euros tous les mois…" C’est donc un modeste retraité qui à 90 ans aurait bien continué. "J’étais candidat, sourit Jean-Marie Le Pen. Ma foi, je me sentais tout à fait encore en mesure de prolonger mon contrat, si j’ose dire. Mais ce n’est pas le fait de ne pas être député européen qui m’empêchera de m’exprimer, sur internet, dans les meetings ou les réunions où je suis invité." Et le fondateur du Front national conclut : "La vie commence toujours demain."

Jean-Marie Le Pen fait ses adieux au Parlement européen - reportage de Simon Le Baron
--'--
--'--