Défilé du FN : comment Marine Le Pen va marginaliser son père

Objectif : éviter de cautionner une nouvelle provocation, alors que caméras et micros guetteront les propos du chef historique du Front national.

Marine Le Pen aux côtés de son père, le 1er mai 2014 au défilé du FN.
Marine Le Pen aux côtés de son père, le 1er mai 2014 au défilé du FN. (PIERRE ANDRIEU / AFP)

Faire taire Jean-Marie Le Pen ? Difficile, pour les responsables du Front national, notamment depuis que le cofondateur du parti a confirmé sa participation au traditionnel défilé du 1er mai, à Paris. Reste donc à le marginaliser : la scénographie a été soigneusement pensée, au FN, pour tenir le patriarche suffisamment éloigné de sa fille.

Car ce défilé survient après un mois d'avril où les dissensions se sont multipliées entre Marine Le Pen et Jean-Marie Le Pen. A la suite de ses propos réitérés sur les chambres à gaz comme "détail" de l'histoire, et de sa défense du maréchal Pétain dans l'hebdomadaire d'extrême droite Rivarol, Jean-Marie Le Pen a été contraint de laisser la tête de liste pour les régionales de décembre en Paca à sa petite-fille, Marion Maréchal-Le Pen. Il est en outre convoqué, lundi 4 mai, pour un bureau exécutif réuni en instance disciplinaire, qui décidera d'éventuelles sanctions.

Autant dire que les affaires et les querelles familiales plombent les festivités du 1er mai du Front national, pour lequel un dispositif a été soigneusement pensé par le parti.

Marine Le Pen sera la seule à prendre la parole

La présidente du FN sera la seule à s'exprimer devant les militants, a annoncé le parti, affirmant qu'il s'agit d'une tradition le 1er mai.

Mais cette règle a souffert au moins une exception depuis que Marine Le Pen a pris la tête du parti il y a quatre ans. Jean-Marie Le Pen s'est en effet exprimé à la tribune en 2012, à l'occasion du 600e anniversaire de la naissance de Jeanne d'Arc, et de l'élection présidentielle. Et il a encore "harangué les militants l'an dernier, alors que les élections européennes se profilaient", rappelle Europe 1.

Jean-Marie Le Pen n'aura pas de siège sur l'estrade

Autre façon d'éviter que Jean-Marie Le Pen, récemment sorti de l'hôpital après "un petit problème cardiaque", ne prenne trop de place : le président d'honneur du FN sera privé de siège sur l'estrade dressée place de l'Opéra, alors qu'il avait toujours eu sa place réservée au premier rang.

A la tribune, Marine Le Pen sera en effet entourée des 62 conseillers départementaux FN élus fin mars, que le parti souhaite mettre en avant. Les ténors frontistes, dont son encombrant père, seront relégués en deuxième rideau, mais "il n'y a pas de rétrogradation, on n'est pas à la cour princière", a ironisé la dirigeante du parti.

Le président du FN ne s'exprimera qu'en son nom

Ce savant dispositif n'empêchera pas les journalistes de se précipiter vers Jean-Marie Le Pen, d'autant que les révélations de Mediapart sur un compte secret en Suisse l'ont à nouveau projeté à la une de l'actualité.

Le site d'information assure que le dirigeant historique a détenu un compte bancaire "caché" en Suisse crédité de 2,2 millions d'euros, dont une bonne partie en lingots et pièces d'or. Le président d'honneur du FN n'a pas formellement démenti l'accusation, rejetant "une offensive générale".

En tout état de cause, les journalistes ne manqueront pas de l'entourer en nombre. Et celui qui a cofondé le parti en 1972 ne s'exprimera qu'en son nom.