Cet article date de plus de cinq ans.

Enquête ouverte à Paris après des soupçons de fraude concernant des assistants FN au Parlement européen

Les soupçons portent sur des salaires versés à vingt assistants, qui seraient affectés à d'autres tâches que le seul Parlement tout en étant rémunérés par cette instance.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les eurodéputés FN Louis Aliot et Marine Le Pen participent à un vote au Parlement européen, à Strasbourg (Bas-Rhin), le 10 mars 2015. (PATRICK HERTZOG / AFP)

Le parquet de Paris a ouvert une enquête sur des soupçons d'irrégularités dans l'emploi et la rémunération des assistants des eurodéputés du FN, ont annoncé des sources proches du dossier à l'AFP, lundi 30 mars. Les soupçons portent sur des salaires versés à vingt assistants, qui apparaissent sur l'organigramme du Front national. Ils seraient affectés à d'autres tâches que le seul Parlement tout en étant rémunérés par cette instance.

Le Parlement a saisi l'organisme antifraude de l'UE 

L'enquête a été confiée à l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales de la Direction centrale de la police judiciaire. Le Parlement européen a quant à lui saisi l'organisme antifraude de l'UE, le 9 mars, afin d'enquêter sur ces soupçons d'irrégularités financières. Le préjudice représenterait 7,5 millions d'euros pour l'ensemble de la législature, a indiqué une source parlementaire, confirmant les chiffres avancés par Le Monde.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.