François Rebsamen redevient maire de Dijon et démissionnera du gouvernement le 19 août

Le ministre du Travail a été élu maire de Dijon par le conseil municipal, réuni après la mort d'Alain Millot, fin juillet.

Le ministre du Travail, François Rebsamen, le 12 mai 2015 à Paris.
Le ministre du Travail, François Rebsamen, le 12 mai 2015 à Paris. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Sans surprise, il retrouve son fauteuil. François Rebsamen est redevenu maire de Dijon (Côte-d'Or), lundi 10 août. Le ministre du Travail a été élu par le conseil municipal extraordinaire réuni à la suite de la mort d'Alain Millot, à qui il avait confié les rênes de la ville en 2014. Le socialiste a obtenu 46 voix, contre 2 pour son concurrent FN Edouard Cavin. Onze conseillers municipaux se sont abstenus.

François Rebsamen prévoit de remettre sa démission du gouvernement au président de la République "le 19 août à la fin du prochain Conseil des ministres", a-t-il indiqué au Parisien. Selon la charte de déontologie des membres du gouvernement sur le non-cumul des mandats, les ministres disposent d'un mois pour se mettre en conformité avec l'article 4 du texte.

Qui pour lui succéder rue de Grenelle ?

Critiqué par la droite et sur les réseaux sociaux, François Rebsamen, maire de la ville de 2001 à 2014, se défend d'avoir tenté de cumuler ses deux postes. "Il y a un immense quiproquo : je n'ai jamais envisagé de cumuler les charges de maire de Dijon et de ministre du Travail. Je sais très bien qu'on ne peut pas faire les deux et je ne l'ai jamais envisagé", affirme-t-il.

François Rebsamen va donc laisser à d'autres la difficile tâche de faire baisser le chômage. Pour le remplacer, quatre noms reviennent avec insistance dans la presse : il s'agit de ceux de Stéphane Le Foll, Jean-Marc Germain, Alain Vidalies et Laurent Grandguillaume.