VIDEO. Quand François Hollande parle de "Français de souche"

Le chef de l'Etat a utilisé cette expression, abondamment usée par les organisations d'extrême droite, lors de son discours, lundi, au dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France. 

FRANCE TELEVISIONS

"'Français de souche', comme on dit." C'est ainsi que François Hollande a qualifié les cinq jeunes mis en examen pour la profanation du cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin), lors du traditionnel dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) lundi 23 février.

"J'étais également la semaine dernière à Sarre-Union, dans ce cimetière dévasté par de jeunes lycéens, 'Français de souche' comme on dit, a déclaré le chef de l'Etat pendant son discours. Ignorants au point de ne pas avoir vu les écritures en Hébreux dans ce cimetière, inconscients pour ne pas avoir remarqué les étoiles de David mais à ce point intolérants pour renverser le monument dédié aux victimes de la Shoah."

"Pour moi, ça ne veut rien dire", lâche Bruno Le Roux

Une manière pour François Hollande de souligner que les auteurs de ces profanations n'étaient pas des Français d'origine étrangère, quelques heures après la polémique lancée le président du Crif. Roger Cukierman avait, en effet, affirmé que "toutes les violences antisémites sont commises par des jeunes musulmans".

Mais l'expression "Français de souche" est surtout utilisée par les organisations d'extrême droite. Interrogé par BFMTV, mardi 24 février, le député socialiste Bruno Le Roux est revenu sur cette phrase prononcée par le chef de l'Etat. "Pour moi, ça ne veut rien dire, a affirmé le président du groupe PS à l'Assemblée. Je bloque systématiquement [sur les réseaux sociaux] ceux qui l'utilisent."

François Hollande s\'exprime lors du 30e dîner annuel du Crif, le 23 février 2015, à Paris.
François Hollande s'exprime lors du 30e dîner annuel du Crif, le 23 février 2015, à Paris. (ETIENNE LAURENT / AFP)