Le seul élu à avoir parrainé Hollande : "Je lui ai écrit pour lui demander de changer d'avis"

Eric Mellet, maire de Montredon-des-Corbières (Aude), est à l'heure actuelle le seul élu à avoir parrainné le chef de l'Etat sortant.

François Hollande, mardi 14 mars 2017 à Montargis (Loiret).
François Hollande, mardi 14 mars 2017 à Montargis (Loiret). (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

La ligne est apparue dans le tableau du site officiel du Conseil constitutionnel, mardi 14 mars : François Hollande dispose d'un parrainage validé. Le chef de l'Etat sortant, qui a décidé de ne pas se présenter à sa propre succession, a été officiellement parrainé dans la course à l'Elysée par un seul élu : Eric Mellet, maire de Montredon-des-Corbières (Aude).

Franceinfo a demandé à l'édile socialiste de ce village, situé dans la périphérie de Narbonne, de près de 1 500 personnes, les raisons de son choix.

Franceinfo : Pourquoi avoir adressé votre parrainage à François Hollande ?

Eric Mellet : Pour moi, il s'agissait d'une manière de me positionner à deux titres. C'est d'abord d'une forme de rébellion face à cette campagne présidentielle déplorable, où ne ressortent que les affaires et les dévoiements des responsables politiques, qui démolissent le travail des élus de terrain.

C'est aussi une manière d'affirmer ma position à gauche. Pour moi, François Hollande était le seul à incarner l'équilibre au sein du parti. Pendant son mandat, il a permis à la France d'entrer dans l'économie ouverte du 21e siècle, tout en gardant le sens de la justice sociale. Au péril de son image, il effectué les réformes que personne n'avait eu le courage de faire en vingt ans. Il en a payé le prix.

Je resterai fidèle à François Hollande, et j'attendrai qu'il se prononce pour faire mon choix.Eric Melletà franceinfo

Bien sûr, tout n'a pas été parfait. Mais à mon sens, c'est à cause de la pression médiatique et de certains qui ont voulu lui mettre des bâtons dans les roues qu'il a dû renoncer à se représenter. C'est dommage, car nous commençons à entrevoir la lumière au bout du tunnel.

Espérez-vous qu'il décide finalement d'être candidat ?

Je lui ai écrit pour lui demander de changer d'avis, même si je n'ai pas grand espoir. J'ai reçu une réponse venant de son cabinet, dans laquelle on me disait que François Hollande estimait que l'unité était la seule manière pour la gauche d'arriver aux responsabilités et de faire barrage aux extrémismes.

Mais je ne suis pas le seul à vouloir qu'il change d'avis ! Sur Facebook, j'ai rejoint une page en ce sens qui compte 17 000 personnes.

Savez-vous pour qui vous voterez lors de la présidentielle ?

Je n'irai pas vers Emmanuel Macron, car son projet est trop libéral. C'est presque un Fillon bis. Je resterai fidèle à François Hollande, et j'attendrai qu'il se prononce pour faire mon choix. Tout en ayant à l'esprit que ma première préoccupation sera de faire barrage au FN.