Cet article date de plus de quatre ans.

"Il faut faire le ménage", dit la députée Isabelle Attard après ses accusations contre Jean-Michel Baylet

La députée écologiste accuse le ministre de l'Aménagement du territoire, de violences à l'encontre d'une collaboratrice en 2012. Elle l'a interpellé, hier, à l'Assemblée nationale.

Article rédigé par
Propos recueillis par - Clément Parrot
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
La députée écologiste Isabelle Attard lors d'un rassemblement d'associations féministes aux abords de l'Assemblée nationale, le 11 mai 2012, à Paris. (MAXPPP)

L'Assemblée nationale était quasiment vide, mardi 11 octobre, au moment où Isabelle Attard s'est emparée du micro pour réaliser son coup d'éclat. Profitant de la discussion autour de la loi Montagne, texte porté par le ministre de l'Aménagement du territoire Jean-Michel Baylet, la députée écologiste est revenue sur une plainte pour violences déposée en 2002 par une assistante parlementaire de Jean-Michel Baylet, comme le détaillait Buzzfeed en mars. Ce à quoi le ministre a répondu : "On peut tout romancer, mais il y a eu une instruction judiciaire dans cette affaire et elle a été classée sans suite, ce qui prouve, vous l'imaginez, que les choses ne se sont pas passées comme vous le racontez."

Franceinfo a posé quatre questions à Isabelle Attard pour comprendre sa démarche.

Franceinfo : Pourquoi prendre la parole aujourd'hui alors que l'article de Buzzfeed que vous avez évoqué dans l'hémicycle date du mois de mars ?

Isabelle Attard : J'utilise la seule action parlementaire qu'il me reste pour interpeller un ministre dans l'hémicycle. Nous n'avons plus de groupe écologiste depuis le mois de mai dernier, donc je ne peux plus poser de question au gouvernement puisque je siège comme non-inscrit. Je profite donc de la seule loi dont Jean-Michel Baylet est porteur, la loi Montagne, pour prendre la parole. Je prends le dernier véhicule législatif qu'il me reste.

L'article de Buzzfeed date du mois de mars et il est passé totalement inaperçu. Moi je l'ai découvert bien après et je me devais d'interpeller le ministre dans l'hémicycle. Je réponds au propos de François Hollande quand il dit qu'il veut "un Etat exemplaire".

Concrètement, vous demandez la démission de Jean-Michel Baylet ?

Tout à fait. Je demande à Jean-Michel Baylet comment il ose encore se présenter devant la représentation nationale. Et je demande au président de la République de mettre ses propos en accord avec ses actes. Le 8 mars, le président a aussi dit que la lutte contre la violence faite aux femmes était une exigence.

Quand on veut un Etat exemplaire, on ne nomme pas un ministre coupable d'agression envers une femme. Les actes doivent être en cohérence avec les propos, ou alors François Hollande a une autre définition de l'Etat exemplaire et j'aimerais bien la voir.

Mais que faites-vous de la présomption d'innocence ? Jean-Michel Baylet n'a pas été jugé ni reconnu coupable. L'affaire a été classée sans suite. 

Il faut être très précis. J'ai eu connaissance de la déposition à la suite de la plainte qui a été déposée contre Jean-Michel Baylet. Des journaux et des sites comme Buzzfeed en ont d'ailleurs parlé, et Jean-Michel Baylet les a poursuivis pour divulgation de sa vie privée, mais pas pour diffamation. C'est pour cela qu'il a gagné. C'est un patron de presse [il a longtemps été PDG du groupe La Dépêche du Midi, dont il reste l'actionnaire principal], il connaît les lois. 

Buzzfeed n'a pas parlé de sa vie privée et il n'a donc pas attaqué le site pour cet article. Moi, je ne parle pas de sa vie privée non plus. J'affirme juste qu'il a agressé une collaboratrice, qu'il l'a séquestrée et qu'elle est repartie toute nue. Du point de vue de la justice, il n'est peut-être pas coupable, mais c'est quand même délicat... Quand on nomme des ministres, on fait attention. Est-ce qu'il suffit que le parquet ne poursuive pas un individu pour qu'il soit blanc comme neige ? Peut-être est-ce le point de vue de François Hollande, je ne sais pas. Mais pour moi, il y a le terrain de la justice et le terrain éthique.

Vous donnez l'impression d'être un peu seule à l'Assemblée dans ce combat...

D'autres députés à l'Assemblée se battent contre les violences faites aux femmes. Moi, je fais ça simplement parce que j'ai été heurtée par les propos du président sur l'exemplarité et par les actes de Jean-Michel Baylet. J'ai vécu en Suède, ce genre de choses n'aurait jamais pu exister là-bas. En France, on laisse faire, on considère presque que c'est normal. 

J'en ai marre. J'en ai ras-le-bol, soit on veut un Etat exemplaire, soit on ne le veut pas. Mais qu'on se décide une bonne fois pour toutes. On est dans un milieu politique complètement discrédité aux yeux de la population. Je demande à ce que le ménage soit fait, car si ça continue, on sera encore plus discrédités, encore plus rejetés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.