Après les accusations de "cabinet noir", des responsables de l'Elysée ont reçu des menaces de mort

Des lettres anonymes ont été envoyées à l'Elysée après les accusations, formulées par François Fillon, sur l'existence d'un "cabinet noir".

Le palais de l\'Elysée, à Paris, le 28 mars 2017.
Le palais de l'Elysée, à Paris, le 28 mars 2017. (? PHILIPPE WOJAZER / REUTERS / X00303)

François Fillon l'a répété, jeudi 6 avril. Pour lui, François Hollande est à l'origine de l'affaire sur les emplois présumés fictifs de son épouse, a-t-il affirmé sur France Inter. Depuis le 23 mars, le candidat de la droite à l'élection présidentielle avance l'existence d'un "cabinet noir " à l'Elysée qui orchestrerait des fuites de documents contre lui. Après ces accusations, des collaborateurs de l'Elysée ont reçu des menaces de mort, a indiqué à franceinfo le palais présidentiel, confirmant une information du Parisien.

Des lettres anonymes

Ces menaces étaient formulées dans des lettres anonymes adressées, d'après le quotidien, au secrétaire général adjoint de la présidence, Thomas Cazenave, et au conseiller communication du chef de l'Etat, Gaspard Gantzer, a précisé l'Elysée.

Concernant ces accusations de "cabinet noir", l'Elysée a réaffirmé à l'AFP "ce que le président de la République a déjà dit par voie de communiqué", évoquant des accusations "mensongères et sans fondement". Interrogé sur franceinfo, Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, a également parlé d'"accusations diffamatoires".