VIDEO. François Fillon dénonce des attaques "mijotées dans les arrière-cuisines des officines"

Le candidat Les Républicains à la présidentielle était en meeting, jeudi 2 février, à Charleville-Mézières, dans les Ardennes.

Alors que l'enquête est lancée sur les soupçons d'emploi fictif visant son épouse, François Fillon a répondu jeudi 2 février en accusant des "officines" d'être à la manœuvre. "Je suis actuellement sous le feu continu des attaques", a déclaré le candidat Les Républicains à la présidentielle lors d'un meeting à Charleville-Mézières (Ardennes). "Ces attaques contre un candidat investi et légitimé non seulement par les siens mais par des millions de Français sont d'une violence inouïe. Du jamais-vu sous la Ve République et même sans doute sous la IVe République pourtant riche en barbouzeries politiques de toute sorte."

"Ces attaques, a poursuivi le député de Paris, ne sortent pas de nulle part. Elles ont été soigneusement préparées, mijotées dans les arrière-cuisines de ces officines qu'on finira bien par découvrir un jour."

Une "colère froide" face à une "entreprise de démolition"

François Fillon a également exprimé sa "colère froide" face à une "entreprise de démolition", se comparant à l'ancien président Georges Pompidou qui "a eu sa petite dose de calomnies". Il a affirmé qu'on visait à travers lui un programme radical de redressement pour "casser la droite", "lui voler son vote".

"Si j'étais un candidat fade, ce déchaînement n'aurait pas lieu. Si mon projet était flou, l'acharnement ne serait pas là", a-t-il lancé devant quelques centaines de militants. L'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy a aussi déroulé les grandes lignes de son programme sur l'immigration et la "fierté nationale". Il a évoqué au passage "les cohortes de Vendéens" dont il est le descendant.

Le candidat à la présidentielle Les Républicains François Fillon tient un meeting à Charleville-Mézières le 2 février 2017.
Le candidat à la présidentielle Les Républicains François Fillon tient un meeting à Charleville-Mézières le 2 février 2017. (FRANCOIS NASCIMBENI / AFP)