"On forme une équipe, moi, Penelope et lui" : au procès Fillon, Marc Joulaud précise le rôle de la femme de l'ancien Premier ministre

Ancien suppléant de François Fillon à l'Assemblée, Marc Joulaud a tenté, mercredi, de convaincre les juges que Penelope Fillon était une collaboratrice parlementaire indispensable dans une équipe soudée.

Marc Joulaud, ancien suppléant de François Fillon à l\'Assemblée nationale, arrive à son procès, le 24 février 2020 à Paris.
Marc Joulaud, ancien suppléant de François Fillon à l'Assemblée nationale, arrive à son procès, le 24 février 2020 à Paris. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

"J'aurais été un baron de la drogue dans la Sarthe, je pense que je n'aurais pas été traité d'une manière plus dure." Jusqu'ici, Marc Joulaud était resté dans l'ombre du couple Fillon. Mais "depuis trois ans", "[s]a vie est bouleversée", comme "celle de [s]on épouse et des enfants". Appelé à la barre, mercredi 4 mars, le prévenu, "discret et réservé" de son propre aveu, a fait face au tribunal pendant un peu plus de trois heures.

Droit comme un i dans son costume sombre, les mains jointes sur le pupitre. Sa voix claire retentit dans le micro. L'actuel maire de Sablé-sur-Sarthe raconte comment Penelope Fillon est devenue son assistante parlementaire en 2002. A l'époque, François Fillon vient d'être nommé ministre des Affaires sociales. Il cède son siège de député de la Sarthe à son jeune suppléant de 34 ans.

Une fois l'élection gagnée, François Fillon me dit qu'il souhaite poursuivre sa collaboration qu'il a depuis longtemps avec son épouse et qu'on forme une équipe : moi, Penelope Fillon et lui.Marc Joulaudà l'audience

Etait-ce un emploi fictif, une "contrepartie à la place de suppléant offerte par François Fillon", comme l'écrivent les juges d'instruction dans leur ordonnance ? La question est au cœur du procès qui se tient devant le tribunal correctionnel de Paris. "Il n'a jamais été question, de quelque manière que ce soit, de contrepartie", dément Marc Joulaud, jugé pour "détournement de fonds publics".

François Fillon, "c'est lui le patron"

Quel était, alors, le rôle de Penelope Fillon ? D'un ton posé, Marc Joulaud détaille le "fil rouge" de leur "collaboration" : "Elle devait me faire connaître, me donner de la visibilité, de la crédibilité. Elle devait continuer à entretenir les liens, parfois empreints d'affection, qu'elle avait tissés sur le terrain." L'enjeu politique était conséquent selon lui. "Si François Fillon perdait la circonscription, il n'avait plus la perspective de se présenter à la tête du parti, plus la perspective de se présenter aux primaires de la droite. Penelope Fillon et moi on devait être présents sur le terrain pour entretenir les réseaux."

Car François Fillon, "c'est celui qui a la légitimité, c'est lui qui est élu, c'est lui le patron", explique Marc Joulaud, devenu maire de Sablé-de-Sarthe en 2008, aujourd'hui candidat à sa propre succession. C'est donc François Fillon qui remplit le contrat de Penelope Fillon et fixe sa rémunération. Pour ce temps plein entre juillet 2002 et juillet 2007, son salaire est d'environ 5 200 euros nets, soit 80% de l'enveloppe allouée pour les collaborateurs parlementaires. Marc Joulaud n'a plus qu'à signer. 

"Il n'y avait pas de hiérarchie"

Pour tenter de saisir la consistance du travail de Penelope Fillon, la présidente du tribunal cherche à comprendre le système du trio. "On avait un principe d'organisation orale", décrit Marc Joulaud. "On se voyait le week-end pendant les manifestations locales. La semaine, j'étais à Paris mardi, mercredi, parfois le jeudi. J'allais au ministère [des Affaires sociales]", précise l'ancien député. Quant à Penelope Fillon, elle parle de "rencontres fortuites".

Je n'aurais pas voulu donner l'impression que je prenne sa place, de l'écraser. Il fallait aussi qu'il soit reconnu par lui-même. J'avais le souci de rester en retrait.Penelope Fillonà l'audience

Leur mode de fonctionnement est tout aussi flou concernant les congés : l'épouse de François Fillon ne les a jamais posés. A l'audience, Marc Joulaud indique pourtant qu'elle partait une semaine en hiver, trois en été. "Cela manquait de formalisme", reconnaît-il. Mais il le justifie par l'absence de rapports structurés entre eux. "Pourquoi ? C'est simple. J'ai 34 ans. Et puis, c'est madame Fillon. Il n'y avait pas de hiérarchie. On était une équipe."

"J'ai souhaité constituer une équipe avec Marc Joulaud, je ne le regrette pas", abonde François Fillon, sommé à son tour de s'expliquer à la barre sur le rôle de sa femme auprès de son ancien suppléant. Voilà les trois prévenus debout dans le prétoire face au tribunal, alignés les uns à côté des autres. "On a travaillé dans un climat de totale transparence", assure l'ancien Premier ministre. "Marc Joulaud et moi ne faisions qu'un. Pour la population de la Sarthe, c'était le député et son suppléant", insiste-t-il. Et Penelope Fillon était, en quelque sorte, le trait d'union entre les deux.

"Penelope n'aime pas trop les mails"

Un travail d'équipe que les trois témoins cités par la défense vantent au cours de leurs auditions. "Penelope a intégré l'équipe dès le début de la carrière de François Fillon. C'était un élément essentiel dans l'équipe", dépeint ainsi Sylvie Fourmont, ancienne secrétaire de l'homme politique, désormais retraitée. Pendant plus de trente ans, cette petite femme blonde aux cheveux courts a préparé les dossiers, géré l'agenda et les "vingt ou trente courriers" qui parvenaient chaque semaine au manoir de Beaucé. Le tout en lien avec Penelope Fillon : "Elle me donnait des consignes." "Uniquement par oral ?", interroge la présidente du tribunal. "Oui. Penelope n'aime pas trop les mails." L'épouse de François Fillon intervenait aussi dans l'agenda partagé, "donnait son avis".

Quant à Marc Joulaud, que Sylvie Fourmont a "vu naître", avant qu'il ne "vole de ses propres ailes", il a bénéficié de conseils politiques de Penelope Fillon tout au long de son mandat. Elle le certifie au procureur financier Aurélien Létocart, sans pouvoir fournir d'exemples. "C'était des idées. Je n'étais pas tout le temps avec eux. Je ne peux pas savoir quel type de conseils politiques elle donnait", lâche Sylvie Fourmont d'une voix grave. 

Tout le monde dans la Sarthe connaît le travail qu'elle fait... Je respecte la discrétion de Penelope.Sylvie Fourmont, témoinà l'audience

Le témoin suivant, Pierre Molager, tour à tour chef de cabinet, conseiller et membre de l'équipe de campagne de François Fillon, met en avant "l'ancrage local" de sa femme. "Conseil, écoute, regard et représentation", résume le troisième, Igor Mitrofanoff, assistant parlementaire de François Fillon dans les années 1990. Un rôle qualifié d'"essentiel" par les trois anciens collaborateurs. Les prévenus ont jusqu'au 11 mars pour convaincre le tribunal.