Affaire Fillon : le bloc les Républicains se fissure

Pas question de céder ou d'abandonner pour François Fillon. Le candidat de la droite à la présidentielle dénonce un coup d'État institutionnel et demande à ses troupes de rester unies ce mercredi 1er février.

France 3

Pour l'instant, il tient bon. Lors d’une visite mouvementée au Salon des entrepreneurs à Paris ce mercredi après-midi, François Fillon confirme qu'il ne renoncera pas à l'élection présidentielle. Dans la matinée, au cours d'une réunion à son QG avec les parlementaires les Républicains, il a assuré qu'il n'a rien à se reprocher, qu'il n'a jamais transgressé la loi et qu'il faut tenir, car l'affaire Penelope Fillon se terminera dans les quinze jours. À la sortie, les parlementaires sont tous derrière leur candidat.

Pas de candidature alternative

Faire bloc, faire corps, ne pas parler de recours comme François Baroin, souvent cité depuis mardi. Mais l'édifice se fragilise petit à petit comme l'illustrent les mots du sarkozyste Georges Fenech ou bien ceux du partisan d'Alain Juppé Philippe Gosselin. Le feuilleton s'arrête là pour l'instant. Ce soir, le comité politique du parti a conclu qu'il n'y avait pas de candidature alternative et François Fillon poursuit sa campagne dans les Ardennes jeudi.

Le JT
Les autres sujets du JT
François Fillon, candidat à la présidentielle, le 1er février 2017, au Salon des entrepreneurs à Paris.
François Fillon, candidat à la présidentielle, le 1er février 2017, au Salon des entrepreneurs à Paris. (ERIC PIERMONT / AFP)