Soupçons d’emplois fictifs : François Fillon esquisse quelques regrets

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Article rédigé par
E. Pelletier - franceinfo
France Télévisions

Au deuxième jour de son procès en appel pour soupçons d’emplois fictifs, François Fillon maintient que son épouse, Pénélope, a bien travaillé à ses côtés. L’ancien Premier ministre a fustigé une enquête à charge et exprimé quelques regrets.

Mardi 16 novembre, au deuxième jour de son procès en appel, François Fillon a assuré une nouvelle fois que son épouse a bien travaillé à ses côtés. Éric Pelletier, journaliste France Télévisions, suit le procès. “Cet après-midi, à la barre, François Fillon s’est avancé et a déposé quelques notes sur le pupitre et a eu des accents très politiques. ‘Je me dois de vous dire quelques vérités qui n’ont pas été entendues en première instance', a-t-il déclaré”, raconte le journaliste.

Il ne lâche rien


L'ex-Premier ministre a ensuite rappelé que lorsqu’il a été élu en 1981, plus de la moitié des députés employait un conjoint ou un membre de leur famille comme collaborateur parlementaire, rapporte le journaliste. Si sur la réalité du travail de son épouse, Pénélope Fillon, il ne lâche rien, il a esquissé quelques regrets. “Pour sa famille politique, pour ses enfants, pour Pénélope Fillon”, liste Éric Pelletier.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.