Cet article date de plus de dix ans.

François Fillon a appelé mardi la majorité à garder son "sang froid" et à éviter les "débats qui ne débouchent sur rien"

"Mon rôle, c'est de ne pas participer à la surchauffe électorale mais de défendre la cohésion" de la majorité, a déclaré le Premier ministre lors de la réunion à huis clos des députés Nouveau Centre.Qualifiant 2011 d'"année à risques", il a mis l'accent notamment sur les difficultés de "la zone euro" et "la cohésion sociale".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
François Fillon, le 07 janvier 2011. (AFP - Miguel Medina)

"Mon rôle, c'est de ne pas participer à la surchauffe électorale mais de défendre la cohésion" de la majorité, a déclaré le Premier ministre lors de la réunion à huis clos des députés Nouveau Centre.

Qualifiant 2011 d'"année à risques", il a mis l'accent notamment sur les difficultés de "la zone euro" et "la cohésion sociale".

"Nous avons le devoir d'être (ses) meilleurs défenseurs (ndlr, la zone euro) en étant nous-mêmes irréprochables et en respectant les engagements que nous avons pris pour réduire notre endettement. Je suis obsédé par le respect des engagements pris", a souligné M. Fillon.

"Je suis obligé de me battre tous les matins contre des initiatives de tous horizons qui visent à revenir sur ces engagements. (Il en va de) notre crédibilité vis-à-vis des Allemands", a-t-il dit.

Mise en garde contre les initiatives intempestives
Interpellé par le président du Nouveau Centre, Hervé Morin, sur "la très, très mauvaise idée" de la taxation des plus values réalisées sur la vente de la résidence principale, il a lancé: "le rapport Chartier n'engage que Chartier même si c'est mon ami".

"La seule décision possible" sur la réforme de la fiscalité, "ce sera celle qu'on votera ensemble", a insisté M. Fillon en rappelant le calendrier: "fin février, on écarte les impasses, mi-mars à mi-avril, on fait les propositions et en mai, on présente (le projet de loi de finances rectificative) en Conseil des ministres".

Le chef du gouvernement a de nouveau mis en garde contre les initiatives lancées au sein de la majorité (fonctionnaires, 35h...). "Nous avons des solistes de talent mais attention à ne pas lancer des débats qui ne débouchent sur rien", a-t-il dit, selon plusieurs participants. Ces propos ont été confirmés par Matignon.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.