Accusé de harcèlement, François Asselineau annonce un congrès de l'UPR "dans les délais les plus brefs"

L'ancien candidat à la présidentielle est en butte à une quarantaine de cadres de son mouvement.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
François Asselineau, le 1er mai 2019 à Paris, lors d'une marche de l'UPR à l'occasion de la campagne des élections européennes. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Les jours de François Asselineau à la tête de l'UPR seraient-ils comptés ? Après des accusations de harcèlement présumé portées à son encontre, le président de l'Union populaire républicaine annonce, dimanche 26 avril dans un communiqué, "la convocation dans les délais les plus brefs" d'un congrès du parti.

L'ancien candidat à la présidentielle fait face à une fronde interne d'une quarantaine de cadres du mouvement. Ceux-ci ont affirmé dans une lettre rendue publique dans la semaine par Le Figaro que "des faits d'une exceptionnelle gravité ont été portés à la connaissance des membres du bureau national".

Une "tentative de destabilisation" interne

Le partisan du Frexit - la sortie de la France de l'Union européenne - a "démenti catégoriquement" ces allégations et dénoncé une "tentative de destabilisation" interne. Samedi soir, il a estimé que cette mise en cause "viol[ait] la loi et les statuts du mouvement à un grand nombre de reprises".

"Seuls les adhérents ont le pouvoir de changer la direction du mouvement et de trancher le conflit interne qui est apparu", estime le haut fonctionnaire. Dans un communiqué, il "invite les conjurés à présenter leur candidat et leur liste face à la sienne, afin de permettre aux adhérents de décider qui doit diriger l'UPR pour les trois ans qui viennent".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.