Cet article date de plus d'un an.

Escroquerie au "faux Le Drian" : sept et onze ans de prison pour les deux principaux prévenus

Le tribunal a considéré que ces deux hommes étaient bien les escrocs qui avaient empoché 55 millions d'euros en endossant l'habit du ministre entre 2015 et 2017.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, lors d'un discours à l'ouverture de la principale session annuelle du Conseil des droits de l'homme des Nations unies, le 24 février 2020, à Genève (Suisse). (FABRICE COFFRINI / AFP)

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné, mercredi 11 mars, à sept et onze ans d'emprisonnement deux hommes, considérés comme les cerveaux d'une escroquerie qui a consisté à se faire passer pour le ministre Jean-Yves Le Drian auprès de riches personnalités.

Gilbert Chikli, 54 ans, a été condamné le plus lourdement, avec une peine de dix ans à laquelle s'ajoute une peine complémentaire d'un an pour "prise du nom d'un tiers". Il a aussi été condamné à deux millions d'euros d'amende. "C'est un scandale !" a-t-il réagi dans le box. A ses côtés, Anthony Lasarevitsch, 35 ans, qui s'est vu infliger une amende d'un million d'euros en plus de la prison, est resté silencieux.

Le tribunal a considéré que ces deux hommes, qui clament vigoureusement leur innocence, étaient bien les escrocs qui avaient empoché 55 millions d'euros en endossant l'habit du ministre entre 2015 et 2017. Un mois après le procès, le tribunal a rendu sa décision en restant en deçà des réquisitions de la procureure, qui avait demandé dix et quatorze ans de prison pour ce "duo", selon elle indissociable dans l'arnaque.

Roi du Maroc, patron de Total, archevêque de Paris… 

L'arnaque consistait à appeler des chefs d'Etat, grands patrons ou présidents d'ONG en se présentant comme Jean-Yves Le Drian, alors ministre de la Défense et aujourd'hui ministre des Affaires étrangères. Le "faux Le Drian" leur demandait, en urgence, une aide financière pour des opérations secrètes de l'Etat français – lutte contre le terrorisme ou libération d'otages en Syrie – tout en promettant un remboursement immédiat. Les enquêteurs ont listé plus de 150 personnes et organisations contactées : le roi du Maroc, le président du Gabon, les patrons de Total et de Vinci, la fondation des Apprentis d'Auteuil ou encore l'archevêque de Paris.

Dans certains cas, les escrocs sont allés jusqu'à organiser des vidéoconférences, enfilant un masque aux traits de Jean-Yves Le Drian, derrière un bureau soi-disant installé dans le sous-sol de l'hôtel de Brienne, à Paris.

Le tribunal a aussi condamné les prévenus à verser des dommages et intérêts aux principales victimes : 44 millions d'euros à l'homme d'affaires turc Inan Kirac et 10,6 millions à l'Aga Khan, chef spirituel des musulmans chiites ismaéliens. Les sommes, virées sur des comptes notamment en Pologne et en Chine, n'ont pas été retrouvées. Sur ce point, une instruction est toujours ouverte.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.