Présidentielle : la candidature d'Éric Zemmour se précise, "l’échec du RN lui a donné des ailes"

Éric Zemmour "va être candidat, c’est certain", a indiqué un conseiller de Marion Maréchal. L'éditeur Albin Michel a décidé de ne plus éditer le polémiste en raison de ses ambitions politiques.

Article rédigé par
Jean-Jérôme Bertolus - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Éric Zemmour, le 29 septembre 2019. (SAMEER AL-DOUMY / AFP)

Trois jours après le second tour des élections régionales marqué notamment par un échec du Rassemblement national, Éric Zemmour, l’éditorialiste de CNews, semble de plus en plus décidé à se lancer dans la campagne présidentielle"Éric Zemmour veut devenir un homme politique, engagé dans un combat idéologique personnel", a ainsi indiqué mardi 29 juin son éditeur Albin Michel, dans un communiqué, pour justifier sa décision de rompre avec lui.

"L’échec du RN lui a donné des ailes. Il était devenu intenable", a confié un collaborateur d’Albin Michel à franceinfo. Alors qu’il laissait entendre qu’il ne prendrait sa décision de se présenter qu’en novembre, l’issue du premier tour des régionales semble inciter l’éditorialiste de CNews à accélérer.

"Nous avons eu un échange très franc avec Éric Zemmour, qui m’a récemment confirmé son intention de s’engager dans la présidentielle."

Gilles Haéri, président d’Albin Michel

à franceinfo

Dans un communiqué rendu public mercredi 30 juin, Éric Zemmour dément formellement cet échange, évoquant "une conversation inventée [qui] laisse à penser que le patron des éditions Albin Michel a été l'objet de diverses pressions."

Les soutiens s'organisent

Vendredi dernier, Éric Zemmour était dans le Nord. Au programme, une visite de la maison natale du général de Gaulle, des échanges avec des commerçants de Dunkerque et une promenade sur le littoral avec des membres d’une association anti-éoliennes. Presque un premier déplacement de campagne. D’autres devraient suivre rapidement.

Jacques Bompard, le maire d’Orange, revendique déjà 50 000 soutiens sur le site qu’il a lancé, "Je signe pour Zemmour". "Il va être candidat, c’est certain, confirme Arnaud Stephan, un conseiller de Marion Maréchal. Reste à savoir à qui peut-il s’adresser et dans quels termes en se situant à la droite de Marine Le Pen". Mardi, dans un tweet, Philippe de Villiers, solidaire d'Éric Zemmour, victime, selon lui, d’une "censure", a annoncé quitter l'éditeur Albin Michel.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eric Zemmour

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.