Présidentielle 2022 : la droite et le centre condamnent le "Macron assassin" scandé par une partie de la foule présente au meeting d'Eric Zemmour à Paris

"Laisser traiter un adversaire de meurtrier, c'est dangereux pour la République", a réagi la candidate de droite Valérie Pécresse sur Twitter.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le candidat d'extrême droite Eric Zemmour lors d'un meeting au Trocadéro, à Paris, le 27 mars 2022. (JULIEN DE ROSA / AFP)

Deux mots qui suscitent l'indignation. Une partie de la foule présente au meeting d'Eric Zemmour au Trocadéro à Paris, dimanche 27 mars, a scandé "Macron, assassin" pendant plusieurs secondes. Le candidat d'extrême droite, qui énumérait une série de faits divers à ses soutiens, n'a pas interrompu la foule. La séquence a immédiatement suscité l'indignation à droite et au centre.

"Laisser traiter un adversaire de meurtrier, c'est dangereux pour la République, a réagi la candidate de droite Valérie Pécresse sur Twitter. Ce n'est certainement pas ça la droite ! Ce n'est pas ça ma France !"  

Le directeur de campagne d'Eric Zemmour réagit

"Quelqu'un qui n'a pas la capacité de demander à la foule de cesser de scander 'Macron assassin' est indigne d'une fonction politique ", a jugé Christophe Castaner sur BFMTV. Le président du groupe La République en marche à l'Assemblée nationale a affirmé qu'il n'était "pas surpris" de l'attitude d'Eric Zemmour.

"Devant, on n'entendait pas grand-chose", a également commenté Bertrand de la Chesnaie, directeur de campagne d'Eric Zemmour, lors d'un micro tendu. "Que nous ici dans un meeting comme ça, on scande des propos contre Macron, ça ne me choque pas. Par contre, 'Macron assassin', bien sûr, ça me choque", a-t-il ajouté, selon un journaliste de franceinfo présent sur place.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eric Zemmour

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.