"Un signal exécrable" : la nomination d’Edouard Philippe au poste de Premier ministre inquiète les défenseurs de l'environnement

Les associations de protection de l'environnement s'inquiètent de la nomination d'Edouard Philippe au poste de Premier ministre. "Un signal exécrable a été envoyé", juge Charlotte Mijeon, du réseau Sortir du nucléaire. 

Edouard Philppe a été nommé Premier ministre par Emmanuel Macron, le 15 mai 2017.
Edouard Philppe a été nommé Premier ministre par Emmanuel Macron, le 15 mai 2017. (POOL NEW / X80003)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Edouard Philippe a été nommé Premier ministre par le président Emmanuel Macron, lundi 15 mai. Une nomination qui inquiète les associations de protection de l’environnement. Pour Charlotte Mijeon, porte-parole du réseau Sortir du nucléaire, "c’est un signal exécrable qui a été envoyé".

Un profil pro-nucléaire ?

D’après elle, l'ancien maire du Havre a un profil très pro-nucléaire, ayant notamment travaillé pour Areva, en tant que directeur des affaires publiques du géant de l’énergie spécialisé dans le nucléaire. Toujours selon Charlotte Mijeon, Edouard Philippe aurait joué un rôle de lobbyiste, pour Areva, auprès des élus de l’assemblée nationale au sujet des mines d’uranium au Niger. "On parle de pollution irréversible de territoires de peuples autochtones et de scandale financier", précise la porte-parole.

Contre la loi de transition énergétique

Charlotte Mijeon s’interroge sur la politique écologique que mènera le gouvernement d’Edouard Philippe car "en tant que député du Havre, il a voté contre la loi de transition énergétique et contre la loi sur la biodiversité."

Pour la porte-parole du réseau Sortir du nucléaire, "c’est une nomination extrêmement inquiétante au regard des enjeux actuels". Selon elle, "la nomination d’un ancien VRP d’Areva laisse craindre le pire, en tout cas, elle en dit long sur l’intérêt réel d’Emmanuel Macron sur la transition énergétique."

Nomination d’Edouard Philippe : "Un signal exécrable a été envoyé", selon Charlotte Mijeon, du réseau Sortir du nucléaire.
--'--
--'--