Politique : quelles solutions pour gouverner et éviter la paralysie à l'Assemblée nationale ?

Publié Mis à jour
Politique : quelles solutions pour gouverner et éviter la paralysie à l'Assemblée nationale ?
Article rédigé par
H. Capelli, G. Daret, T. Curtet, A. Sarlat, M. Birden, F. Goncalves, R. Gardeux, R. Laurentin - France 3
France Télévisions

Union nationale, coalition, alliance texte par texte… Emmanuel Macron a poursuivi mercredi 22 juin les consultations des dirigeants des différentes formations politiques pour sortir de la crise politique et éviter les blocages.

Cela fait trois jours, mercredi 22 juin, qu'Emmanuel Macron ne s'est pas montré. Derrière les murs de l'Élysée, le chef de l'État reçoit les dirigeants des différentes formations politiques afin de sortir de l'impasse et empêcher les blocages. Mais quelles sont les solutions pour éviter la paralysie à l'Assemblée nationale et faire passer ses réformes ? La première piste est la formation d'un gouvernement d'union nationale, qui inclurait tous les partis politiques. Une idée rejetée par La France insoumise et le Rassemblement national. 

Edouard Philippe plaide pour une coalition

Autre piste : une coalition, qui permettrait d'obtenir la majorité absolue grâce à un accord de gouvernement passé avec un ou deux partis supplémentaires. Edouard Philippe milite notamment pour cette solution. "Si l'on ne veut pas laisser prospérer une instabilité politique qui, à mon sens, est dangereuse pour le pays, je crois qu'il faut élaborer ce programme, cet accord minimal", a déclaré l'ancien Premier ministre et président du parti Horizons. Mais Les Républicains, comme les socialistes, refusent toute alliance. La dernière possibilité, qui est aussi la plus probable à ce stade, est l'organisation de votes à la carte. Au cas par cas, le gouvernement devra convaincre des dizaines de députés pour obtenir la majorité. Les écologistes, comme la plupart des partis, privilégient cette ligne, à savoir l'opposition constructive.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.