Cet article date de plus de trois ans.

Politique : l’hégémonie macroniste à l’Assemblée Nationale passe mal

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Politique : l’hégémonie macroniste à l’Assemblée Nationale passe mal
Article rédigé par
France Télévisions

Danielle Sportiello revient sur les critiques de Laurent Wauquiez sur l’adhésion de plusieurs membres du parti Les Républicains à La République En Marche d’Emmanuel Macron.

Invitée du plateau du Grand Soir 3, la chroniqueuse Danielle Sportiello a livré son analyse sur les critiques de Laurent Wauquiez suite à l’adhésion d’anciens membres du parti LR. "C’est tout sauf une surprise a-t-elle affirmé. Il s’agit de deux ministres Gérald Darmanin, et Sébastien Lecornu, et du député Thierry Soler. Les trois ont été exclus des Républicains fin octobre. Le plus surprenant, c’est que pour les critiquer, Laurent Wauquiez cite François Mitterrand "Sur le chemin de la trahison, il n’y a que le fleuve de la honte à traverser". Selon la chroniqueuse, c’est Thierry Soler qui est visé en particulier: "Etant questeur, il fait tomber les trois postes de questeur dans l’escarcelle de la majorité et c’est une première".

Questeur, un poste clé

Plus que la trahison de ses anciens collaborateurs, c’est le poste de questeur qui inquiète, selon la chroniqueuse : "C’est un poste très convoité. Ce sont eux (les questeurs) qui détiennent les cordons de la Bourse. Toutes les décisions administratives et financières passent par eux. Ils contrôlent le budget de l’Assemblée nationale, soit 500 millions d’euros. En attaquant Thierry Soler, c’est Emmanuel Macron et l’hégémonie macroniste qui sont visés".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Emmanuel Macron

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.